Sissi ou la fatalité PDF

Sissi ou la fatalité PDF

Autriche et de Hongrie en 1867. Amélie Eugénie de Wittelsbach, dite  Sissi  ou  Sisi  comme elle signait parfois, naît le 24 décembre 1837 dans le palais de la Ludwigstrasse à Munich, résidence hivernale de sissi ou la fatalité PDF parents. Sissi  est le quatrième enfant et la deuxième fille du duc Maximilien en Bavière et de la princesse Ludovica de Bavière. La duchesse née Ludovica de Bavière est la benjamine des filles du roi Maximilien Ier Joseph de Bavière et de sa seconde épouse née Caroline de Bade.


En 1898, Sissi était assassinée à Genève par un anarchiste italien. Depuis, l’Impératrice d’Autriche et reine de Hongrie est devenue un mythe. Souveraine à la beauté légendaire, fantasque et solitaire, elle ne cesse de fasciner des millions d’hommes et de femmes. Son destin, marqué par la fatalité qui frappe les grandes dynasties, nous fascine toujours. Elle a inspiré peintres, poètes, psychanalystes, cinéastes.
Voici la vraie Sissi, nimbée du charme d’une princesse bavaroise qui, en 1854, épouse François-Joseph, l’empereur qui règne sur cinquante millions de sujets. Si, à Vienne, on la critique, à Budapest, sous le prénom de Erszébet, on la vénère, car elle défend le nationalisme magyar contre l’emprise autrichienne.
Personnage moderne et voyageuse acharnée dans une fin de siècle foisonnante, des palais danubiens aux côtes grecques ou normandes, Sissi fuit le protocole et se réfugie aux frontières de la nostalgie et du non-conformisme. Séduisante et rebelle, plus lucide que bien des diplomates sur les déchirements balkaniques, elle est une visionnaire des tragédies fin de siècle. Aujourd’hui, en Europe centrale, le souvenir de Sissi recueille une nouvelle popularité.
Pendant cinq ans, l’enquête de Jean des Cars l’a conduit dans l’ancien empire des Habsbourg à la rencontre des descendants de Sissi. Minutieux et argumenté, il apporte des souvenirs inédits ou peu connus, des témoignages et d’archives et, grâce à de spectaculaires révélations, éclaire d’une manière originale cette inoubliable figure de femme. De l’histoire au mythe, un livre de référence, déjà traduit en Allemagne, au Japon, en Espagne et en Hongrie.

Leur mariage était au sens le plus strict un mariage dynastique servant à réconcilier les branches aînées et cadettes de la maison de Wittelsbach. Les deux époux n’avaient aucun goût en commun. L’enfant reçoit le prénom d’Élisabeth en l’honneur de sa marraine et tante maternelle, la reine Élisabeth de Prusse. Le père de Sissi était fils unique. Son père le duc Pie, profondément misanthrope, avait épousé une fille du duc d’Arenberg, mariage convenable mais sans plus, ce dont on raillera plus tard l’impératrice. Le duc Pie mourut l’année même de la naissance de Sissi en 1837.

Munich et l’été dès que possible à la campagne, au château de Possenhofen, dit  Possi , petit château aux tourelles carrées situé sur les rives du lac de Starnberg. 14 ans, la jeune duchesse s’éprend d’un écuyer de son père nommé Richard et songe à l’épouser. Ludovica éloigne le jeune homme qui meurt quelque temps plus tard de la tuberculose. Pour lui changer les idées, la duchesse, qui doit emmener sa fille aînée Hélène en Autriche, décide que Sissi sera du voyage.

L’empereur à l’âge de 23 ans. Le jeune empereur François-Joseph Ier d’Autriche, vivant dans une étroite complicité, voire sous l’emprise de sa mère l’archiduchesse Sophie, avait d’abord demandé la main de la princesse Anne de Prusse. Les fiançailles devaient être célébrées le 18 août 1853, dans la résidence impériale d’été de Bad Ischl, à l’occasion des fêtes données pour le vingt-troisième anniversaire du souverain autrichien. Mais c’est de Sissi que le jeune souverain va s’éprendre.

Sophie, il annonce le 19 août son intention d’épouser la jeune Sissi, à peine âgée de 15 ans et 8 mois. Les premiers temps du mariage, le couple prend ses quartiers au château de Laxenbourg, aux environs de la capitale. 1848 — et par son entourage. Beaucoup plus tard, elle confiera à sa fille Marie-Valérie que  le mariage est une institution absurde.

Comments are closed.