Recueil de pensées PDF

Recueil de pensées PDF

Pour les « fans », voici le programme du Gala piston70. C’est en fait l’éditeur parisien Laurent Durand, alors établi rue Saint-Jacques qui l’édite clandestinement. Diderot la reprendra dans la lettre à Sophie Volland du 20 décembre 1765. Yvon Belaval,  Sur l’Addition aux Pensées philosophiques , Essays on Diderot and the Enlightenment in Honor recueil de pensées PDF Otis Fellows, Genève, Droz, 1974, p.


L’écriture est dit-on universelle. C’est pour
m’en assurer que j’ai décidé un beau jour de prendre ma
plume accompagnée pour seul bagage d’une aspiration
à l’inspiration. Puis de reprendre ma respiration entre
chaque pensée couchée sur papier.
Tout cela pour offrir à vous lecteurs eclairés l’ivresse
d’un parcours mélomane. Car oui lire aussi tel la
musique adoucit les moeurs et touche les coeurs. Au fil
de votre voyage à travers des univers divers, je vous
accueille et espère lors de cette rencontre constellée
de mots, de phrases ensoleillées et entremêlées faire
vibrer en vous votre fibre artistique.

Creighton,  A Genevan Reaction to Diderot’s Pensées philosophiques: Jacques-Francois de Luc , City and Society in the 18th Century, Toronto, Hakkert, 1973, p. Jacques Marx,  Autour des Pensées philosophiques : Une lettre inédite de Georges Polier de Bottens , Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, Genève, Inst. Avec une lecture de Roland Mortier. Présentation d’un exemplaire de l’œuvre acquis par la bibliothèque nationale des Pays-Bas en 2002.

Analyse du frontispice de l’édition originale. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 20 mai 2018 à 18:32. Les Pensées de Blaise Pascal, mélange de réflexions et de notes de lecture, sont rassemblées dans des papiers retrouvés après sa mort.

Le projet apologétique de Pascal montre que l’Homme, dans son orgueil et son amas de concupiscence, ne peut trouver la paix intérieure et le véritable bonheur qu’en Dieu. Pascal soutient que l’Homme est à la fois misère et grandeur, rien et tout, limité bien qu’aspirant à l’infini. Sa capacité de penser, son désir de l’illimité et sa quête insatiable de bonheur sont la trace laissée par Dieu dans son esprit qu’il a créé pour le connaître et l’aimer. Pascal laissait en effet à sa mort un millier de fragments peu aisés à déchiffrer. Ces reliques furent aussitôt copiées, et il nous reste aujourd’hui deux Copies et le Recueil autographe des fragments constitué par un neveu de Pascal en 1711. Ces Pensées sur la religion et sur quelques autres sujets ne comprenaient, cependant, que les fragments les plus clairs, groupés dans un ordre logique et quelquefois récrits.

On ne voulait ni heurter une mentalité classique sensible au fini esthétique, ni rallumer les controverses religieuses. Il suscite un mélange d’effroi et d’admiration :  Quelle chimère est-ce donc que l’homme ? Cette dualité vient du fait qu’il est à la fois misérable et grand, comme l’indiquent les titres des liasses 6 et 3. Quels en sont les éléments constitutifs ?

Pascal pense sans doute à son propre cas. Combien il en est loin, pourtant ! Il lui faut donc éviter de penser. C’est le point essentiel, mais cette conscience n’est permise qu’aux  habiles  qui ont compris leur faiblesse. Si Pascal dit   C’est le cœur qui sent Dieu et non la raison. En bref, l’homme doté de raison, mais surtout susceptible d’ouvrir son cœur, est capable de s’ouvrir à Dieu.

C’est cette capacité que Pascal nomme la  pensée  et qui fait son humanité :  je ne puis concevoir l’homme sans pensée. Pascal se positionne en faveur de Dieu ici. C’est cette vérité qui permettra à l’homme d’atteindre le bonheur divin mais illusoire qu’il recherche comme  son souverain bien . La première difficulté consiste à fixer le but et à déterminer notre place :  Mais dans la vérité et la morale qui l’assignera ? Pour y accéder, la grâce est nécessaire. Pascal montre toujours ensemble la grandeur et la misère de l’homme, car c’est du jeu entre les deux qu’il trouvera le point d’équilibre qui mène à Dieu. Selon Pascal, l’homme est incapable de vérité.

Comments are closed.