Paysages en bataille: Les séquelles environnementales de la Grande Guerre PDF

Paysages en bataille: Les séquelles environnementales de la Grande Guerre PDF

Cours inférieur de paysages en bataille: Les séquelles environnementales de la Grande Guerre PDF’Escaut et estuaire. Au centre: bassins du port d’Anvers.


Le dernier combattant, toutes nations confondues, de la Première Guerre mondiale est mort en 2011. Pourtant, sur l’ancienne ligne de front, la Grande Guerre n’appartient pas qu’au passé.

En bien des endroits, la nature est toujours lardée des cicatrices de la folie des hommes. La guerre fait encore partie du quotidien des paysans qui ramassent les obus et grenades que la terre recrache dans le sillon des tracteurs. Les sols et les mers resteront encore longtemps pollués par le conflit. La lecture des paysages de la Grande Guerre révèle aussi quelques « secrets » dérangeants. Et l’Armistice de 1918 n’a pas empêché la guerre de continuer à faire des victimes.

Comment observer ces séquelles dans nos paysages actuels ? Comment ne pas s’en inquiéter?

Isabelle Masson nous invite à l’accompagner, de l’Alsace aux Flandres, dans un voyage au coeur des paysages de 14-18. Ses pérégrinations géographiques et historiques témoignent de la relation intime des hommes avec la nature, et nous laissent émerveillés, comme en leur temps les Poilus, devant l’extraordinaire faculté de celle-ci à se relever des ravages subis.

L’agglomération anversoise est visible au sud de la zone portuaire. L’affluent droit au bas de la photo est le Rupel. L’Escaut à la hauteur de Liefkenshoek, près de son estuaire. Le lagunage lors de sa construction a été structuré formes complexes et méandres de manière à allonger l’écotone eau-sol et à mieux épurer l’eau de l’Escaut. Les pentes très faibles défavorisent l’installation du rat-musqué ou du ragondin.

Berges lagunées après un an d’installation de la végétation. Outre son intérêt écologique, ce lagunage a un intérêt paysager évident. Une importante liaison Seine-Escaut pour la navigation de marchandise à grand gabarit, traversant la Picardie, qui permettrait de relier Paris et le Bassin de la Seine aux bassins de l’Escaut, de la Meuse et du Rhin, est en cours de réalisation en France. Commission internationale de l’Escaut, l’Agence de l’eau et d’autres acteurs, pour mieux connaitre et protéger le fleuve et ses aquifères transfrontaliers.

15′ 59,40″ Est et à une altitude de 97 mètres. Le cours du fleuve : De France où il est canalisé à partir de Cambrai, l’Escaut traverse la Belgique, et passe par les villes de Tournai, Audenarde, Gand et Anvers. Affluents : les plus importants sont la Sensée, la Haine, la Scarpe, la Lys, la Dendre et le Rupel. Nombre de ses anciens méandres et bras-morts ont été comblés. 1250, la Striene était le bras principal et se jetait dans la Meuse, après cette date elle a tourné vers l’ouest et la mer du Nord, à l’emplacement de ce qui deviendra plus tard le Haringvliet.

Paysages : Les prairies de fond de vallée ayant fortement régressé, au profit des champs, villes et zones d’activité, ses débordements sont de moins en moins tolérés. Les habitats naturels s’y sont souvent fortement dégradés ou ont totalement disparu. Ceci favorise une baisse de l’immunité des espèces touchées et une augmentation des taux de parasitisme, par exemple chez l’anguille européenne qui a fortement régressé depuis 30 ans. Les États devraient appliquer la directive-cadre sur l’eau, avec l’aide en France de l’Agence de l’eau Artois-Picardie, dans le cadre notamment de la trame verte et bleue de la région Nord-Pas-de-Calais. Canalisé à partir de Cambrai, où le nom change en canal de l’Escaut. Traversant une région fortement urbanisée et industrialisée, l’Escaut a été très tôt aménagé et son tracé a été modifié dès l’époque médiévale pour l’alimentation des moulins et des terres agricoles. Torrents  – serpente dans la vallée sèche, afin de drainer les terrains agricoles, s’écoulant dans le fleuve en période très pluvieuse.

Quelque 250 écluses et barrages ont été implantés sur son cours et celui de ses principaux affluents parmi lesquels on peut citer la Scarpe, la Lys et la Sensée. Après les dramatiques inondations de 1953, les Pays-Bas ont réalisé, dans le cadre du plan Delta, une série de barrages afin de protéger les polders. ONG pour encourager une gestion intégrée du fleuve à échelle du bassin versant. 1992 des actions dans cinq régions du bassin versant de l’Escaut, à savoir le Nord-Pas-de-Calais en France, la Wallonie, la Flandre et Bruxelles en Belgique et la Zélande aux Pays-Bas.

Escaut sans frontières a pour objet de s’engager via une collaboration transfrontalière pour une amélioration et une restauration de l’écosystème des rivières et des canaux du bassin versant de l’Escaut. Beaurevoir ont été la cause d’un apport important de terre dans la zone de la source, à la suite de quoi la source de l’Escaut disparut de Ponchaux, pour réapparaître à environ 4 km de là, à son emplacement actuel de Gouy, à côté de l’abbaye du Mont-Saint-Martin. Le Haut-Escaut est marqué par une occupation préhistorique importante, la présence de la rivière favorisant l’implantation humaine. Le site de Proville, au sud-ouest de Cambrai sur la rive droite de l’Escaut, a livré de nombreux témoins de la Préhistoire.

Comments are closed.