Negociations Interburundaises la Longue Marche Vers la Paix PDF

Negociations Interburundaises la Longue Marche Vers la Paix PDF

Pierre Negociations Interburundaises la Longue Marche Vers la Paix PDF est né le 24 novembre 1949 dans la province de Bururi, à 200 kilomètres au sud de Bujumbura, de parents illettrés tutsis. En 1967, il est admis à l’École royale des cadets de Bruxelles, en Belgique. Il déclare à ce propos :  pour moi, l’armée était l’unique échelle sociale.


L’auteur raconte le long travail de la construction de cet « esprit d’Arusha » Mais au-delà du témoignage, vivant et documenté, le président Buyoya mène un profond travail de réflexion sur l’histoire tourmentée du Burundi et tire des leçons qui pourraient servir à des pays en butte à des crises semblables. L’accord d’Arusha a permis au peuple burundais de sortir de l’engrenage de la violence, mais il ne faut pas s’arrêter là: Arusha est un socle perfectible.

De 1976 à 1977, il fréquente l’École spéciale militaire de Saint-Cyr en France où il écrit un mémoire sur la naissance du FLN dans les maquis algériens. Il parle le kirundi et le français couramment, ainsi que l’anglais et l’allemand. Deux ans plus tard, il est commandant de bataillon jusqu’en 1984, année lors de laquelle il devient chef du bureau chargé de l’instruction et des opérations à l’état-major général. Il est l’initiateur et le meneur de la démocratie au Burundi et a longuement œuvré à l’amélioration des relations entre Tutsis et Hutus du Burundi, notamment en créant sous son régime la journée de l’unité nationale le 5 février 1991, journée toujours célébrée.

Il approuve en 1992 une nouvelle constitution rédigée par la commission qui prévoit la mise en place d’un gouvernement non ethnique, avec un président de la République et un parlement. Pierre Buyoya, qui devra remettre le pouvoir à son vice-président en 2003. De 1993 à 1995, il est membre du laboratoire d’idées Council for African Advisors, organisé par le vice-président chargé de l’Afrique à la Banque mondiale. Il participe à différentes conférences à travers le monde, la plupart concernant des problématiques politiques, économiques ou sociales africaines. En 1994, il est donc orateur à la conférence organisée par l’African-American Institute de Cotonou, au Bénin, qui étudie  le rôle de l’Armée dans le processus démocratique.

Il est en effet le seul candidat à la présidence à être natif du continent. Vingt-trois ans plus tard, en 1997, il publie Mission possible : plaidoirie pour la paix au Burundi. Il voyage une nouvelle fois, principalement aux États-Unis, pour la préparation de ce livre. Président du Comité de salut national du 3 au 9 septembre 1987.

Pierre Buyoya, 48 ans, président tutsi non élu du Burundi, à majorité hutue, est reçu aujourd’hui à l’Élysée par Jacques Chirac. Godfrey Mwakikagile, Identity Politics and Ethnic Conflicts in Rwanda and Burundi: A Comparative Study, Intercontinental Books, 2012, 430 p. Europa Publications, Africa South of the Sahara 2004, Psychology Press, 2003, 1360 p. Pierre Buyoya à la tête d’un panel de l’OIF sur la prévention des conflits , sur rwandaises. Candidat au secrétariat général de l’OIF : Pierre Buyoya explique ses motivations au chef de l’État ivoirien , sur abidjan.

Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 16 décembre 2018 à 01:05. Pierre Buyoya est né le 24 novembre 1949 dans la province de Bururi, à 200 kilomètres au sud de Bujumbura, de parents illettrés tutsis. En 1967, il est admis à l’École royale des cadets de Bruxelles, en Belgique. Il déclare à ce propos :  pour moi, l’armée était l’unique échelle sociale. De 1976 à 1977, il fréquente l’École spéciale militaire de Saint-Cyr en France où il écrit un mémoire sur la naissance du FLN dans les maquis algériens. Il parle le kirundi et le français couramment, ainsi que l’anglais et l’allemand.

Deux ans plus tard, il est commandant de bataillon jusqu’en 1984, année lors de laquelle il devient chef du bureau chargé de l’instruction et des opérations à l’état-major général. Il est l’initiateur et le meneur de la démocratie au Burundi et a longuement œuvré à l’amélioration des relations entre Tutsis et Hutus du Burundi, notamment en créant sous son régime la journée de l’unité nationale le 5 février 1991, journée toujours célébrée. Il approuve en 1992 une nouvelle constitution rédigée par la commission qui prévoit la mise en place d’un gouvernement non ethnique, avec un président de la République et un parlement. Pierre Buyoya, qui devra remettre le pouvoir à son vice-président en 2003.

De 1993 à 1995, il est membre du laboratoire d’idées Council for African Advisors, organisé par le vice-président chargé de l’Afrique à la Banque mondiale. Il participe à différentes conférences à travers le monde, la plupart concernant des problématiques politiques, économiques ou sociales africaines. En 1994, il est donc orateur à la conférence organisée par l’African-American Institute de Cotonou, au Bénin, qui étudie  le rôle de l’Armée dans le processus démocratique. Il est en effet le seul candidat à la présidence à être natif du continent. Vingt-trois ans plus tard, en 1997, il publie Mission possible : plaidoirie pour la paix au Burundi.

Il voyage une nouvelle fois, principalement aux États-Unis, pour la préparation de ce livre. Président du Comité de salut national du 3 au 9 septembre 1987. Pierre Buyoya, 48 ans, président tutsi non élu du Burundi, à majorité hutue, est reçu aujourd’hui à l’Élysée par Jacques Chirac. Godfrey Mwakikagile, Identity Politics and Ethnic Conflicts in Rwanda and Burundi: A Comparative Study, Intercontinental Books, 2012, 430 p. Europa Publications, Africa South of the Sahara 2004, Psychology Press, 2003, 1360 p. Pierre Buyoya à la tête d’un panel de l’OIF sur la prévention des conflits , sur rwandaises.

Comments are closed.