Navires expéditeurs de coquillages de pêche PDF

Navires expéditeurs de coquillages de pêche PDF

Vue satellite d’une grande partie du territoire de la commune et des alentours. Elle comporte trois secteurs urbains séparés par une immense forêt domaniale : La Teste-Centre, de loin le navires expéditeurs de coquillages de pêche PDF peuplé, Cazaux et Pyla-sur Mer. Cazaux les Cazalins, et ceux du Pyla-sur-Mer les Pylatais. Pilat continuée vers le sud par les plages océanes.


L’essentiel du reste de la commune est constitué de dunes anciennes, couvertes en particulier par l’étonnante forêt usagère dont le boisement naturel a peu évolué au cours des siècles. C’est une des rares forêts naturelles des Landes de Gascogne. C’est en 1976 que la ville a cédé à la commune de Lège la presqu’île du cap Ferret. La Teste se nommera désormais La Teste-de-Buch. En occitan, le nom de la commune est La Tèsta de Bug. Plusieurs campagnes de fouilles ont donc été menées entre 2005 et 2013 dans le Bourg même de La Teste.

L’histoire de la Teste est profondément liée à celle du Pays de Buch et de la Gascogne landaise. Boïates, peuple aquitain, s’installent en un lieu proche de la commune actuelle de Biganos. Ils pratiquent la pêche, la chasse, l’élevage, cultivent la terre et probablement déjà la vigne. Silo médiéval creusé au centre de la tour du Castel, cl.

Il n’en reste plus que quelques résidus comme de l’appareillage de garluche et de calcaire. Un silo à grains avait été creusé dans le sol de la tour. Le 20 mai 1274, via son tuteur Almavinus de Baresio, Pierre Amanieu de Bordeaux reconnaît tenir à fief tout ce que le roi d’Angleterre possède en Pays de Buch et pour lequel il est  féal et chevalier du roi . Captalat de s’approvisionner gratuitement en bois pour la construction de leurs habitations et leurs bateaux de pêche. Les métiers pratiqués alors le sont par tous : hommes, femmes, enfants.

Bordeaux essentiellement par les femmes, les  argentières  en référence à la couleur argentée de leur marchandise, au moyen de chars à bœufs – ou bros – par voie de terre. La vie est rude et des maladies dues à la malnutrition comme la pellagre sont courantes dans la population. De plus, une menace insidieuse de la Nature, le déplacement des dunes de sable sous la poussée des vents venus de l’océan, rend permanente la crainte de voir ensevelis maisons et jardins. Le titre de Captal de Buch employé du Moyen Âge jusqu’à la Révolution, désigne le plus important des seigneurs du Pays de Buch. Article détaillé : La fixation des dunes en Aquitaine. La légende veut que ce soit J.

B de Ruat en 1713, qui entreprend la fixation des dunes par la plantation de pins. Son petit-fils, François de Ruat renouvelle l’expérience là où les sables sont les plus menaçants, à partir de 1782 dans les environs du Moulleau. Brémontier reste pour la postérité celui qui arrêta l’invasion des dunes. Ruat, petits seigneurs du Buch et non quelques Brémontier, Desbiey ou Charlevoix de Villiers.

Comme depuis le Moyen Âge, la pêche, le commerce maritime et l’exploitation de la forêt constituent les principales sources de revenus des paroisses de La Teste, Cazaux et Gujan. La forêt de la Teste est formée de deux massifs millénaires, semblables à ceux que l’on connaît aujourd’hui : la Grande Montagne au cœur du territoire de la commune, et la Petite Montagne ou forêt d’Arcachon. Ces forêts formant les embryons qui sont à l’origine de la forêt des Landes. Le reste, constitué de dunes de sables mobiles continue à inquiéter les populations installées sur le front de ces dunes, notamment les résiniers exploitant les forêts de La Teste qui ne sont généralement pas propriétaires des parcelles où ils travaillent. La plupart du temps ils sont employés par un propriétaire qui leur fournit de maigres ressources.

Tout au long de ce siècle, le système agro-pastoral est le lot commun de la lande, à l’est de la frange dunaire du littoral. Et le poisson prend le train ! La Seoube, Borde, Menan, Péchicq, Francon, Cap-Lande, Ninots, l’Aiguillon, etc. Le centre du bourg se situe à l’est de l’église, sur l’actuelle Place Jean-Hameau. La Compagnie d’Exploitation et de Colonisation des Landes creuse le Canal de Cazaux en 1835. C’est en 1849 que l’on date le début de l’ostréiculture.

Jusque-là, ce sont des huîtres sauvages qui sont ramassées, consommées sur place, parfois expédiées à Bordeaux où ailleurs. Rabelais cite les  huîtres de la Petite mer de Buch, au goût de violette . Une cabane sur pilotis est construite aux abords de l’île pour surveiller les parcs et dissuader les voleurs. C’est l’ancêtre des actuelles et mondialement célèbres cabanes tchanquées.

Comments are closed.