Mine et les mineurs de la loire PDF

Mine et les mineurs de la loire PDF

Le nouveau siège de la S. Couriot, plans-reliefs et coupes des exploitations de la S. Il mine et les mineurs de la loire PDF du label Musée de France.


Le grand lavabo, construit en 1948. Les vêtements ont été raccrochés à l’occasion du tournage du film Le Brasier. Il constitue le vestige le mieux préservé et le plus complet témoignant de l’activité houillère du bassin stéphanois. Les installations de jour répondaient à la nécessité de faire circuler sur le même espace hommes, charbon et matériel. Afin de gérer la circulation des flux aux abords du puits, le site a été organisé selon un système de plates-formes à l’emplacement d’anciennes carrières. Dans sa configuration la plus récente, le puits pouvait accueillir près de 2 000 mineurs et plusieurs centaines d’ouvriers au jour.

Le site a été pendant longtemps la  vitrine , siège de la Société Anonyme des Mines de la Loire. Il fut le puits le plus important du bassin jusqu’aux années 1930 et resta après la nationalisation de 1946 le siège administratif du secteur Ouest. Saint-Jean-Bonnefonds et surtout la vallée du Gier qui produit alors près de la moitié de la production nationale de charbon. C’est vers 1840, avec l’aménagement d’un premier embranchement ferroviaire de Saint-Etienne à Montrambert, que l’activité extractive s’est développée durablement dans ce secteur. L’emplacement actuel du puits Couriot était alors occupé par le château du Clapier. Cette petite société rejoindra par la suite d’autres sociétés pour fonder en 1845 la Compagnie des Houillères de Saint-Étienne dans le but de contrecarrer l’irrésistible ascension de la Compagnie Générale des Mines de la Loire issue d’une fusion entre différentes compagnies de Rive-de-Gier.

Comments are closed.