Michel Ange et autres nouvelles florentines PDF

Michel Ange et autres nouvelles florentines PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Peter Paul Ruben’michel Ange et autres nouvelles florentines PDF copy of the lost Battle of Anghiari.


Au XVe siècle, Rome, capitale de la chrétienté, est un immense chantier dont le Vatican est le cœur et l’âme. Précédé par une réputation hors du commun, Michel-Ange, l’artiste le plus adulé de la Renaissance italienne, arrive dans le Ville éternelle la tête pleine de rêves et de projets, pour y découvrir une réalité où sa liberté de création et sa dignité d’homme sont constamment remises en cause par un entourage papal qui fait de l’intrigue l’un des beaux-arts. Il croyait être protégé par l’invitation personnelle du Saint-Père. Erreur ! Rome n’est pas Florence… Avec une maestria digne des plus grands, l’auteur nous fait partager la vie de Michel-Ange, au jour le jour, allant jusqu’à nous convier – privilège extrême ! – à la création de la chapelle Sixtine. Avec finesse et doigté, en marge du récit, il arrive en sus à poser la question, éternelle et si moderne, du rapport de l’artiste avec le pouvoir et du sens profond de la création artistique. Les deux nouvelles qui complètent le volume,  » La science de l’amour  » et  » L’amour est plus fort que la mort « , sont de délicieux contes florentins. Elles ont pour sujet le libertinage et ses pièges pour la première, et la pureté des sentiments en conflit avec les conventions sociales pour la seconde.

Son pendant, la Bataille de Cascina de Michel-Ange, resta également inachevé. En 1563, Vasari, chargé de la rénovation du Palazzo Vecchio, peignit de nouvelles scènes de bataille sur les murs de la salle des Cinq-Cents. Léonard de Vinci a laissé plusieurs études préparatoires, mais aucune d’entre elles ne montre l’ensemble de la scène. On connaît mieux la partie centrale, la Lutte pour l’Étendard, par des copies. Pierre l’Infortuné, fils de Laurent de Médicis, est chassé de Florence le 9 novembre 1494. Savonarole prêche désormais un retour à un véritable gouvernement populaire. C’est ainsi que les 23 et 24 décembre 1494, un nouvel organe de gouvernement est mis en place : le Grand Conseil, formé de tous les hommes âgés de plus de vingt-neuf ans dont l’un des ancêtres a été éligible ou élu à l’un des trois offices majeurs.

Il est chargé de préparer l’élection des magistrats et d’examiner les lois. Après la mort de Savonarole en 1498, la Seigneurie de Florence lance en 1503 un programme de décoration pour la salle du Grand Conseil. Il s’agit pour elle, à la fois de rivaliser avec le mécénat des Médicis, et d’exalter la grandeur et la puissance de Florence. Le 4 mai 1504, le Grand Conseil lui accorde une avance de 35 florins et un salaire mensuel de 15 florins, à condition d’avoir achevé le carton avant février 1505. Italie où s’affrontent depuis deux siècles les cités et leurs condottieres, les papes, les rois de France et les empereurs germaniques. 29 juin 1440 près d’Anghiari en Toscane. Les chroniqueurs comme Machiavel ont minimisé l’importance militaire de la bataille, mais elle fut l’épisode final de cette guerre, assurant l’indépendance de Florence.

Codex Madrid II :  ce 6e jour de juin 1505, vendredi, sur le coup de la treizième heure, j’ai commencé à peindre au Palazzo. Au moment où ai appliqué la brosse, le temps est devenu mauvais, et la cloche a sonné pour appeler les hommes à se réunir. Il commence par la partie centrale, la Lutte pour l’Étendard. La scène représente une charge menée par les Florentins pour s’emparer de l’étendard des Milanais. On livre encore des fournitures à Léonard de Vinci le 31 octobre 1505. Le 30 mai 1506, il obtient l’autorisation de quitter Florence pour Milan.

Il laisse l’œuvre inachevée mais il s’engage à être de retour dans les trois mois, et à payer, dans le cas contraire, la somme de 150 florins. 258 remarque que les habitudes de travail de Léonard de Vinci, faisant progresser plusieurs projets à la fois, l’empêchaient de se plier à la discipline de la peinture à la fresque, où la surface murale préparée doit être peinte avant d’être sèche. Aussi bien, l’effet de sfumato qu’il recherchait pour sa peinture, ne s’obtient qu’avec l’huile. La plupart des biographes de Léonard de Vinci s’accordent pour considérer que l’échec d’une innovation technique conduisit Léonard de Vinci à abandonner l’ouvrage.

Selon Vasari,  le carton terminé, Léonard se disposa à l’exécuter sur le mur. La peinture murale, inachevée comme son pendant, la Bataille de Cascina de Michel-Ange, fut effacée pour faire place à un ensemble de scènes de batailles de Vasari commandé par les Médicis. En 1513, la Seigneurie met en place une palissade qui doit protéger le travail de Léonard. La salle est entièrement rénovée par Vasari, à la demande de Cosme Ier de Médicis. La fascination pour l’œuvre accidentée, notée par Paolo Giovio, ne s’est pas démentie après sa destruction, et on ne compte pas les tentatives de reconstruction, littéraires ou graphiques. Pour l’historien de l’art Carlo Pedretti, Vasari aurait été victime d’un dilemme : exécuter rapidement la commande des Médicis ou sauver coûte que coûte le chef-d’œuvre d’un maître qu’il admirait par-dessus tout. En 1975, Pedretti, assisté de l’ingénieur Maurizio Seracini, mène une première campagne de recherches pour retrouver l’emplacement de la peinture de Léonard de Vinci.

Seracini, qui a entretemps fondé la société Editech poursuit ses recherches. Vasari désignant l’emplacement de l’œuvre disparue de Léonard de Vinci. Sa conviction est renforcée lorsqu’il découvre la date de 1553 sur une copie de la Lutte pour l’Étendard conservée à la Galerie des Offices de Florence. Maurizio Seracini à propos de la devise apparaissant dans l’œuvre murale de Vasari. Ils ont percé cette dernière afin d’y introduire des micro-caméras et des sondes endoscopiques et ont découvert ce qui pourrait être l’œuvre disparue. Seracini précise cependant que ses découvertes n’apportaient pas une  réponse définitive  et que d’autres analyses chimiques étaient encore nécessaires. Réformes du 11 août 1458, du 5 septembre 1465, du 8 avril 1480.

Wilde, The Hall of the Great Council of Florence, Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, VII, 1944. Florence, Archives d’État, Operai di Palazzo, registre des dépenses 110, f. Florence, Archives d’État, Signori e Collegi, délibérations in forza d’ordinaria autorita, 107, f. Florence, Archives d’État, Signori, minutes des correspondances, liasse 19, f. Florence, Archives d’État, Diplomatico, Reformazioni, actes publics, 14 janvier 1507.

Et imaginandosi di volere a olio colorire en muro, fece una composizione d’una mistura si grossa, per lo incollato del muro: che continuando a dipignere in detta sala,cominciò a colare, di maniera, che in breve tempo, abbandonò quella vedendola guastare. Giorgio Vasari, Le vite de’ piu eccellenti pittori, scultori, e architettori, 3e partie, 1er volume, éd. Vies des peintres, sculpteurs et architectes, tome 4, p. 19 dans la traduction de Léopold Leclanché, 1839 .

Comments are closed.