Matin-Salon. 1887 PDF

Matin-Salon. 1887 PDF

Cet article est une ébauche concernant la criminologie. Consultez la liste des tâches à accomplir en page matin-Salon. 1887 PDF discussion. Illustration de  La Complainte de Pranzini . L’affaire suscite l’intérêt de la jeune Thérèse Martin, la future sainte Thérèse de Lisieux qui, avant son entrée au carmel, se met au défi d’obtenir par la prière la conversion de Pranzini avant son exécution.


Matin-Salon. 1887 / par Gustave Goetschy
Date de l’édition originale : 1886-1888
Sujet de l’ouvrage : Salon (1886 ; Paris)Salon (1887 ; Paris)Salon (1888 ; Paris)

Ce livre est la reproduction fidèle d’une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d’une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l’opportunité d’accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d’une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d’un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

Fils d’immigrants italiens installés en Égypte, Henri Pranzini est né à Alexandrie d’un père employé aux archives de la Poste et d’une mère fleuriste. Après de bonnes études, il devient employé des Postes égyptiennes. Annette Grémeret, trente-huit ans, et de la jeune fille de cette dernière, Marie-Louise. Juliette Toulouze, la cuisinière, descend, comme à son habitude à sept heures du matin, de sa chambre de bonne du sixième, pour se rendre chez sa maîtresse. Les premiers éléments de l’enquête mettent la police sur la piste d’un dénommé Gaston Gessler dont le signalement, diffusé à travers toute la France, est le suivant :  taille moyenne, âgé de trente à trente-cinq ans, maigre, moustache noire, teint jaune, pardessus drap foncé, foulard, chapeau haut de forme . La police se lance à la recherche de Gessler à travers l’Europe.

Le 21 mars, un certain Henri Pranzini fréquente la maison close Chez Aline au 2 rue Ventomagy à Marseille. Les prostituées préviennent leur mère maquerelle, Madame Aline, qui redoute d’être accusée de recel, si bien qu’elle dénonce Pranzini au commissariat de Marseille. La police dispose de la liste de bijoux volés, envoyée par Paris. Madame Aline ayant relevé le numéro du cocher qui attendait son client, la police retrouve Pranzini qui est arrêté le jour même au Grand-Théâtre.

Alors que les jours passent et que l’enquête se poursuit, les charges semblent s’accumuler contre Pranzini. Sa maîtresse finit par reconnaître qu’il n’est pas resté tout le temps en sa compagnie la nuit où les meurtres sont supposés avoir eu lieu. Pranzini se contente de nier toute implication dans ceux-ci, sans pour autant fournir d’explications claires lorsqu’il est confronté aux indices qui le font suspecter. Pendant ce temps, Gessler, le suspect du début, reste introuvable, et continue de planer tel un spectre sur l’affaire mais finalement la police met la main sur Georges Gutentag, vagabond polonais qui voyage sous la fausse identité de Gaston Geissler. Néanmoins, il s’agit d’une fausse piste car il était en prison au moment du triple assassinat. L’enquête remonte alors six ans plus tôt : en 1881, Pranzini travaille à la réception de l’hôtel Caprani à Naples.

Comments are closed.