Mathématiques, Terminale D, programme 1982 PDF

Mathématiques, Terminale D, programme 1982 PDF

Jacques Lecomte, mis en ligne le 30 avril 2013. Source : Introduction de l’ouvrage « Vers une éducation humanisante », Actes du 21ème Mathématiques, Terminale D, programme 1982 PDF National des l’association française des psychologues scolaires – Clermont-Ferrand 2009. Introduction Les conceptions humanistes de l’éducation sont déjà anciennes.


Des éducateurs tels que Comenius, Pestalozzi, Jean Bosco ou, plus près de nous, les représentants de l’Ecole nouvelle ont incarné ce regard positif porté sur les jeunes et ont souligné l’importance d’attitudes telles que l’empathie, la coopération, l’entraide, etc. L’apprentissage coopératif est une stratégie d’enseignement consistant à faire travailler des élèves ensemble au sein de petits groupes. Selon David et Roger Johnson, deux des meilleurs spécialistes du sujet, l’apprentissage coopératif est structuré de telle sorte que les efforts de chaque membre soient nécessaires pour le succès du groupe et que chacun doive apporter sa juste contribution. Les interactions conduisent les élèves à se considérer compétents. Les élèves apprécient également plus l’enseignant et le perçoivent comme plus compréhensif et aidant. Les partisans de l’apprentissage coopératif notent que dans l’apprentissage compétitif, l’estime de soi tend à être basée sur le raisonnement suivant : « Si je gagne, j’ai de la valeur en tant que personne, mais si je perds, je n’ai pas de valeur » .

Les gagnants attribuent leur succès à une aptitude supérieure et attribuent l’échec des autres à un manque d’aptitude. Les perdants, ont tendance à se dévaloriser et perdent leur motivation. Une autre forme d’apprentissage fondée sur la solidarité entre élèves est le tutorat par les pairs, que l’on peut définir comme l’enseignement d’un élève par un autre . Le principe est simple : un élève en difficulté passe quelques heures par semaine, généralement pendant les heures de cours, avec un autre élève plus âgé qui lui donne un cours particulier. Dans une expérience menée en France, des élèves d’école élémentaire en difficulté quittent leur classe, trois fois par semaine, pendant les heures de cours, par groupes de six ou sept environ. Ils se rendent, avec leurs moniteurs, dans un local qui leur est réservé. Ils y retrouvent l’adulte responsable du monitorat .

L’adhésion de l’enseignant est essentielle pour la réussite d’une action de tutorat par les pairs et sa fonction reste fondamentale. Il aide le tuteur à préparer les séances et il l’encourage dans son action. Un moment particulièrement important se situe après la fin d’une séance, moment pendant lequel adulte et tuteur se retrouvent pour parler de ce qui s’est passé, des problèmes rencontrés et des satisfactions éprouvées. Une méta-analyse rassemblant 65 études a conclu que les programmes de tutorat par les pairs ont des effets positifs nets sur la réussite scolaire et sur les attitudes des tutorés . Ceux-ci ont obtenu des résultats supérieurs à d’autres élèves n’ayant pas bénéficié de ce type de programme. 1 étude pour laquelle il n’y avait pas de différence entre les classes ayant bénéficié d’un programme de tutorat et celles n’en ayant pas bénéficié.

Comments are closed.