Marc Aurèle et le gouvernement de soi-même PDF

Marc Aurèle et le gouvernement de soi-même PDF

En pratique : Quelles sources sont marc Aurèle et le gouvernement de soi-même PDF ? L’argumentation est l’action de convaincre et pousser ainsi l’autre à agir.


Marc Aurèle, empereur romain, est le dernier représentant des
philosophes grecs stoïciens. Au IIe siècle après J.-C., à une
époque où le monde connu s’identifiait à l’empire gréco-
romain, l’horizon humain dépassant le cadre de la cité antique
s’était élargi. Le philosophe stoïcien se voulait alors citoyen du
monde (cosmopolite en grec). Marc-Aurèle a laissé une oeuvre
très personnelle, les Ecrits pour soi-même, souvent appelées
Pensées, recueil d’exercices de maîtrise de soi. Dans la
tradition stoïcienne, notamment celle d’Epictète, la philosophie
est une discipline de vie, un apprentissage de la sagesse, une
recherche du bien. Le bonheur réside dans la maîtrise de soi et
de ses émotions, dans le respect des autres et de la nature. Il a
aussi cherché à appliquer ses propres préceptes et, rejetant la
notion d’empereur tout puissant et tyrannique, il prône le
retour à l’esprit de la République. Il dénonce le comportement
de César et se sent beaucoup plus proche de ses meurtriers,
Caton et Brutus. Modèle de l’empereur équilibré, avec lui
s’accomplit le projet politique de la philosophie grecque, celle
de Platon et d’Aristote : le monde est dirigé par un philosophe.
Aujourd’hui, cette pensée donne encore à chacun les clés
d’accès d’un bonheur qui ne dépend que de nous et fournit un
modèle pour les dirigeants politiques.

Contrairement à la persuasion, elle vise à être comprise de tous et rechigne à utiliser des arguments fallacieux. Une argumentation est composée d’une conclusion et d’un ou de plusieurs  éléments de preuve , que l’on appelle des prémisses ou des arguments, et qui constituent des raisons d’accepter cette conclusion. Une argumentation convaincante peut bien souvent consister à simplement énoncer un fait, afin de permettre à l’interlocuteur d’en avoir connaissance. La démonstration est une conclusion logique. Démontrer, c’est établir la vérité d’une phrase abstraite par des moyens strictement logiques. La preuve est une évidence concrète, empirique. Prouver, c’est montrer un objet ou causer un événement.

Argumenter, c’est exhorter une personne à agir, en montrant que les conséquences de cette action causent un bien, éthique, matériel, physique, psychologique, économique ou autre, accepté par l’opinion générale. Par exemple, on peut démontrer que l’inflation nuit à la croissance économique, on peut prouver que la Terre est ronde. Persuader ou convaincre, c’est modifier la décision d’agir d’une personne par des arguments. Ce sont les prêtres, dans les sermons, les avocats, dans les plaidoyers, les politiciens, dans les discours, les compagnies, dans les messages publicitaires, qui emploient des arguments. S’abstenir du péché et faire le bien, faire absoudre un accusé, gagner des suffrages, vendre la marchandise sont les actions souhaitées par ces communicateurs. L’argumentation désigne également l’échange discursif effectif par lequel des interlocuteurs tentent de défendre une position ou de faire accepter un point de vue. En ce sens, l’argumentation est une branche de la rhétorique.

Des approches philosophiques ont également été proposées par Karl-Otto Apel et Jürgen Habermas dans le cadre d’une théorie de l’éthique de la discussion. Une définition est un argument qui pose une relation d’équation ou d’équivalence en vue de donner un sens à un concept. L’argument comparatif met néanmoins de côté le contexte, en cela, c’est un argument simplificateur et manipulateur. Le  distinguo  est, a contrario, une comparaison négative. Les figures de l’antithèse et de la correction y sont courantes. L’ incompatibilité  est un argument quasi logique à distinguer cependant de la contradiction pure selon Chaïm Perelman.

Le discours scientifique ou encore les dictons reposent sur de nombreuses arguments d’incompatibilités. Un de mes amis, qui s’appelle Pierre, m’avait dit :  Je passerai peut être chez toi lundi après-midi. Si tu n’es pas là, je laisserai un mot dans la boîte aux lettres . Or, j’ai été obligé de sortir lundi après-midi. En rentrant chez moi, je constate qu’il n’y a pas de mot dans la boîte aux lettres. L’État ne favorise pas la liberté. Il n’existe en effet pas de liberté d’aller et venir, pas de liberté d’expression, de réunion, etc.

Comments are closed.