Local Contemporain 3 – Ville Invisible PDF

Local Contemporain 3 – Ville Invisible PDF

Détail d’une sphère placée dans un centre commercial de Munich et local Contemporain 3 – Ville Invisible PDF par Olafur Eliasson. Olafur Eliasson grandit dans la ville portuaire de Holbæk à une soixantaine de kilomètres à l’ouest de Copenhague.


Il passe une partie de son enfance en Islande, pays d’origine de ses parents, auquel il restera très attaché. Dès 1993, il s’établit à Cologne puis à Berlin en 1994. En 1989, il intègre l’Académie royale des beaux-arts du Danemark où il obtient son diplôme en 1995. Berlin, où il vit et travaille en même temps. L’une des spécificités de son travail réside dans l’intérêt qu’il porte à la surface.

Il explore dans sa production la structure cristalline, les déformations, la lumière et ses effets, la couleur et les formes géométriques. Il travaille également la dimension narrative des œuvres, c’est-à-dire que celles-ci ont pour but de laisser facilement une trace dans la mémoire sous forme d’image ou de sensation. Ses œuvres intègrent les notions d’espace et de temporalité, du design et de la science qu’il met en relation. L’artiste réussit ainsi à lier des domaines qui ne présentent pas forcément de points communs au premier abord. Un artiste est impliqué dans la vie, dans la réalité du monde, dans l’idée du progrès. De ses débuts, dans son premier atelier berlinois où il travaille seul dans un premier temps, puis aidé de deux ou trois assistants, le studio Eliasson ne cesse de grandir.

Il regroupe environ quatre-vingts personnes, aux nationalités et compétences diverses, à savoir des architectes, artistes, techniciens mais également des historiens d’art. Les architectes constituent la majorité de cette équipe pluridisciplinaire. Si la plupart des collaborateurs de l’artiste sont employés de manière permanente, d’autres personnes interviennent sur des projets spécifiques de manière occasionnelle. D’autre part, il entretient une étroite collaboration avec l’architecte, théoricien et artiste islandais Einar Þorsteinn Ásgeirsson. Leur première réalisation commune est un pavillon datant de 1996.

En 2007, l’artiste se lance à nouveau à la recherche de locaux plus spacieux permettant d’accueillir en plus de l’atelier de production, un espace réservé à la réalisation de projets en collaboration avec des étudiants, ceci lui permettant d’élargir son champ d’expérimentation. Cette démarche suit la volonté de rassembler la pratique de l’atelier d’artiste et la théorie de la formation académique. Le studio est perçu comme une machine performante. Bien qu’essentiel pour la réalisation et l’expression artistique, il représente un outil pour la conception et non le thème de son art. Aujourd’hui, le studio Eliasson est probablement l’un des plus importants dans le monde de l’art. L’artiste revêt parfois un statut particulier au sein de l’entreprise : celui de  client  dans le sens où il ne réalise pas forcément seul toutes les étapes du projet.

Comments are closed.