Les prisons politiques : Sainte-Pélagie PDF

Les prisons politiques : Sainte-Pélagie PDF

La façade de les prisons politiques : Sainte-Pélagie PDF prison, rue du Puits-de-l’Ermite, à Paris, par Eugène Atget en 1898. 5e arrondissement de Paris au niveau de l’ancienne place Sainte-Pélagie. Cette prison est beaucoup trop petite pour tous ceux qu’elle renferme.


Les prisons politiques : Sainte-Pélagie… / Alfred Sirven
Date de l’édition originale : 1868
Sujet de l’ouvrage : Paris (France) — Sainte-Pélagie

Ce livre est la reproduction fidèle d une uvre publiée avant 1920 et fait partie d une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l opportunité d accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les uvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

La mortalité annuelle moyenne de 1815 à 1818 est d’un détenu sur 24,48. La Bédollière précise en 1860 dans son Dictionnaire des besoins usuels dans Paris que l’adresse officielle de la prison Sainte-Pélagie est 14, rue du Puits-de-l’Ermite. On peut visiter les prisonniers deux fois par semaine, le jeudi et le dimanche, à l’aide d’un permis qu’il faut demander au 3e bureau de la 1re division de la préfecture de police de Paris. L’une des cours intérieures de la prison photographiée par Nadar entre 1875 et 1895. Le nom de Sainte Pélagie lui fut donné parce que cette sainte fut comédienne de la ville d’Antioche et devint illustre par sa pénitence et par son martyre.

Créée par la  Fondation des filles repenties  en 1662, elle fut établie rue du Puits-de-l’Ermite, à Paris dans le 5e arrondissement, en 1665. Prison pour hommes, elle recevra une première femme en la personne de Manon Roland, épouse de l’ancien ministre et idole des Girondins, qui dira :  Moi la seule femme dans cette geôle ! La répression étatique y occasionnant l’emprisonnement fréquent de chansonniers parisiens, ceux-ci finissent par créer dans leur cellule la goguette des Biberons qui publie en 1825 un volume : La Marotte de Sainte-Pélagie. Prison réservée aux  affaires de mœurs ,  prison pour dettes , Sainte-Pélagie sera  promue  et dévolue aux détenus politiques au mois de février 1831. Les années suivantes, la Société des Droits de l’Homme, naguère secrète, se consacre alors, suivant ses convictions, à entretenir l’agitation républicaine contre la Monarchie de Juillet. Porte aussi massive que rébarbative, murs épais d’un mètre qui le disputent à l’horreur de sombres couloirs, suintant la crasse, le froid et le désespoir.

Réunion de 3 lettres autographes signées à F. Libre, il se fait journaliste et publiera Le Publiciste Philanthrope. En 1802, avocat au barreau de Paris, il n’aura plus de rôle politique et ne sera d’ailleurs pas inquiété sous la Restauration. Ouvrage important surtout pour la législation de l’armement en course avec détail sur la marine pendant la Révolution.

Histoire de l’administration de la guerre, Paris, Didot, 1811, 4 vol. Europe pour ses idées, en mars 1893, il est finalement arrêté dans le consulat du Royaume-Uni, en principe inviolable, à Jaffa. Enchaîné comme un droit commun, il est embarqué sur le navire La Gironde pour Marseille. En juillet 1894, libéré, il publie : De Mazas à Jérusalem qu’il a écrit en prison.

Comments are closed.