Les Lutins et le Cordonnier PDF

Les Lutins et le Cordonnier PDF

Hans Christian Andersen photographié par Thora Hallager, en 1869. Mais ses compatriotes lui reprochent justement de parcourir le monde uniquement pour y trouver la célébrité, et ses récits sont mieux accueillis en Allemagne, où le roi lui décerne l’ordre de l’Aigle rouge en 1846, et dans d’autres les Lutins et le Cordonnier PDF d’Europe. Bien que ses romans et pièces de théâtres n’aient pas connu le succès qu’il souhaitait, Andersen a tout de même été apprécié et reconnu de son vivant dans son pays grâce à ses contes traduits et appréciés dans le monde entier, mais aussi grâce à sa personnalité étrange et attachante.


En décembre 1860, il est reçu par le roi Christian IX de Danemark à Copenhague comme un membre de la famille et devient le conteur de ses enfants. Andersen goûte avec délectation cette revanche sur sa vie d’enfant pauvre et méprisé. La première publication complète de ses œuvres à Leipzig en 1848 comprend cinq volumes, à laquelle se sont rajoutés les 34 volumes de celle de 1868. Andersen donnent peu de détails sur ses parents, mais beaucoup plus sur ses grands-parents, paysans soi-disant aisés, dont les revers de fortune auraient frappé son imagination. Hans Christian est né dans le bas quartier d’Odense, principale ville de Fionie à une époque où plus de la moitié de la population vit dans la plus extrême pauvreté. La toute première enfance de l’écrivain est heureuse du vivant de son père, car à ce moment-là, sa mère le choyait. Les conditions de vie du futur écrivain sont sordides dans ce minuscule logement de Munkermoellestrade.

Sa famille l’entoure pourtant de beaucoup d’affection, qu’il s’agisse de son père, sa mère, ou sa grand-mère. Théâtre de marionnettes dont Andersen était friand. Son père, qui s’est engagé dans l’armée de 1812 à 1814, revient malade et meurt en 1816. Sa mère se place comme blanchisseuse. Andersen, qui a été renvoyé de l’école gratuite pour avoir dessiné un curieux château, passe des journées solitaires. Il se construit un petit théâtre, taille des robes pour ses poupées et lit des œuvres dramatiques. Il lit William Shakespeare et commence à composer des pièces dont il fait la lecture à sa mère qui le croit fou.

Ses études terminées, il refuse d’entrer en apprentissage chez un tailleur. En 1818, une troupe du Théâtre royal est venue à Odense, et l’année suivante, après avoir rencontré une comédienne, il part pour Copenhague avec ses maigres économies et une lettre d’introduction pour un membre du Théâtre royal. Andersen sera désormais très souvent pris en charge par des bienfaiteurs qui sont touchés par sa personnalité peu commune. Le musicien Christoph Weyse, le professeur Frederik Hoegh Guldberg, le ténor Siboni, J. Le garçon devient ainsi élève à l’école de danse de 1820 à 1821, l’acteur Ferdinand Lindgreen accepte également de lui donner des leçons d’art dramatique. En mai 1821, c’est au tour du maître de chant du Théâtre royal de le prendre comme élève.

Comments are closed.