Les Gitane de mon père : Moto, Vélo, Cyclo PDF

Les Gitane de mon père : Moto, Vélo, Cyclo PDF

Jean Robic lors de la 19e étape du Tour les Gitane de mon père : Moto, Vélo, Cyclo PDF France 1947. Professionnel de 1943 à 1961, il a notamment remporté le premier Tour de France de l’après-guerre en 1947, exploit accompli sans jamais porter le maillot jaune au cours de l’épreuve. Il a également remporté le premier championnat du monde de cyclo-cross, en 1950. Très bon rouleur et excellent grimpeur, il s’avère moins à l’aise dans les épreuves contre-la-montre et les descentes de col, sans doute en raison de sa corpulence relativement chétive.


La Gitane Testi Champion Super, née en Italie, fera rêver la jeunesse française des années 1970, grâce à sa ligne racée et à sa conception digne d’une véritable moto. Mais la marque Gitane a une histoire ! Créée en 1928 par Marcel Brunelière, elle va asseoir sa réputation sur une production de cycles de qualité, suivie par un fort développement de l’entreprise avec l’apparition, dans les années 1950, d’une large gamme de cyclomoteurs et motocyclettes. La petite reine se fera remarquer également par ses exploits sportifs. Jacques Anquetil, Lucien Aimar, Lucien Van Impe, Bernard Hinault et Laurent Fignon remporteront dix fois le Tour de France au guidon de vélos Gitane. Championnats du monde, record de vitesse à plus de 200 km/h, rien n’arrête la Gitane. Retrouvez, dans ce livre, une présentation exhaustive des « motorisés », un aperçu de la variété de production de bicyclettes et une évocation des principaux succès sportifs décrochés au guidon de vélos Gitane.

Il a été l’un des coureurs français les plus populaires de l’après-guerre et est parfois considéré comme l’incarnation de  l’anti-Bobet . Plaque sur la maison natale de Jean Robic à Condé-lès-Vouziers. Entouré de sa femme Rose et de ses trois filles Bernadette et les jumelles Marthe et Marie, il est à nouveau père, le 10 juin 1921, avec la naissance de Jean à Condé-lès-Vouziers. Néanmoins, sa corpulence plutôt chétive laisse sceptique certains observateurs quant à la consistance de son avenir dans le cyclisme. Photo noir et blanc de deux hommes accoudés sur le pare-brise d’une automobile suivant une couse cycliste. Il fut cinq fois champion de France de cyclo-cross, entre 1941 et 1946.

Le titre 1945 qui lui échappa, fut remporté par Jean Robic. René Vietto, avec son vélo, au GP Wolber 1934. René Vietto, ici au GP Wolber 1934. Il fut maillot jaune durant quinze des vingt-et-une étapes du Tour de France 1947, finalement gagné par Jean Robic. Son début de saison sur la route est moins flamboyant : comme il le reconnaîtra par la suite dans un entretien paru dans Miroir des Sports,  ce Tour, je l’avais préparé à ma façon j’appuyais pendant cent kilomètres, puis j’abandonnais. Jean-Marie Goasmat, coéquipier de Robic sur le Tour 1947.

Il termine à la neuvième place au classement général. L’étape suivante entre Lyon et Grenoble, est la première des Alpes. Les étapes intermédiaires entre les Alpes et les Pyrénées ne modifient pas les écarts au classement général. La dispute fait évidemment le tour du peloton. Le lendemain, avant le départ, Georges Speicher lui demande quels sont ses plans pour la journée : Robic répond à la cantonade  Je pars dès le début et j’arrive seul ! Rouleur, grimpeur, sprinter, il est tout, ce petit bonhomme.

Il est mal parti dans ce tour, dommage. Malgré cela, il peut encore gagner. Tout est possible, tout peut arriver. Vannes, à l’issue de la 18e étape qu’a lieu la dernière journée de repos. Vietto perd définitivement le Tour 1947.

L’écart paraît rédhibitoire à deux jours de l’arrivée à Paris. Durant l’avant-dernière étape Saint-Brieuc – Caen, Robic tente plusieurs fois d’attaquer le maillot jaune. Vue du mont Faron où se déroule la course de côte remportée par Robic, en 1948 et en 1949. Fausto Coppi vainqueur du Tour de France 1949, où Robic se classe quatrième. L’International ainsi que le championnat de France.

Peu de temps après, le 30 juin 1948, est donné le départ du Tour de France 1948. L’International organisé au plateau de Gravelle, Rondeaux remporte l’épreuve, son échappée étant protégée par Oubron, Ramoulux. La saison de cyclo-cross terminée, Robic remporte la course de côte de Saint-Sébastien, le 20 mars. Le col de Peyresourde fut franchi en tête, sur le Tour de France, par Robic, en 1947, 1948, 1949 et en 1953. Il y retrouve Éloi Tassin ou encore Jean-Marie Goasmat, ses équipiers de l’équipe de l’Ouest lors du Tour 1947. Place du Palais-Royal ce fut déjà du délire, mais à Reims, quand Robic déboucha du tunnel, une ovation monstre monta vers lui. Le contre-la-montre de la septième étape, entre Les Sables-d’Olonne et La Rochelle, remporté par Fausto Coppi accroit encore le retard de Robic.

Comments are closed.