LE LIVRE SACRÉ DES ANCIENS PERSES: Le livre sacré du Zoroastrisme PDF

LE LIVRE SACRÉ DES ANCIENS PERSES: Le livre sacré du Zoroastrisme PDF

Il est parfois connu en Occident sous l’LE LIVRE SACRÉ DES ANCIENS PERSES: Le livre sacré du Zoroastrisme PDF erronée de Zend Avesta. Recueil de textes appartenant au rituel du culte zoroastrien, directives données aux prêtres et aux fidèles pour être purs.


L’Avesta (du pahlavi abestāg) est l’ensemble des textes sacrés de la religion mazdéenne et forme le livre sacré, le code sacerdotal des zoroastriens. Il est parfois connu en Occident sous l’appellation erronée de Zend Avesta. Il est rédigé en plusieurs états de l’iranien ancien, désignés sous le nom d’avestique. Les parties les plus anciennes, celles des gathas, sont dans une langue aussi archaïque que celle du Rig Veda (sanskrit védique), le « gathique », les autres en avestique tardif. Le tout est écrit dans l’alphabet avestique.

Relate l’histoire de quelques prophètes révélant une morale allant dans ce sens. Yasna,  petit recueil de lois et de textes liturgiques , appels aux seigneurs qui président aux destinées. Dieu pour se protéger de ses ennemis lors des guerres, réussir lors d’une épreuve, etc. Elle établit une certaine synchronie entre la composition des textes et les Empires mède et achéménide . Gâthâs en 1700 avant notre ère et les textes des Yashts en 900 avant notre ère.

On peut distinguer au moins trois strates. L’Avesta ancien, qui constitue le noyau du Yasna, a pu être composé entre 1500 et 550 avant l’ère commune. L’Avesta a pu être mis par écrit sous Darius Ier, roi de Perse de 522 à 486 av. C’est au philologue et théologien allemand Martin Haug que l’on doit le premier essai d’interprétation du contenu religieux de l’Avesta. La  sacralité , notion très perturbante que Haug introduit, évoque l’idée d’un corpus où est exposée une doctrine.

Or ce n’est pas du tout le cas. Il a été le premier à reconnaître que l’Avesta n’était pas un livre unitaire. James Darmesteter, Le Zend-Avesta, 1892-1893, 3 t. Reprise partielle de la traduction de Charles de Harlez. Hastings, Encyclopedia of Religion and Ethics.

Comments are closed.