Le Douanier Rousseau. L’innocence archaïque PDF

Le Douanier Rousseau. L’innocence archaïque PDF

Rousseau dans son atelier en 1907 par Dornac. Il apprend lui-même la peinture et produit un grand nombre de toiles, elles représentent souvent des paysages de jungle, lui qui n’a pourtant jamais quitté la France. Son inspiration provient surtout de livres illustrés, de jardins botaniques et le Douanier Rousseau. L’innocence archaïque PDF avec des soldats ayant participé à l’intervention française au Mexique.


Catalogue officiel de l’exposition Le Douanier Rousseau. L’innocence archaïque au musée d’Orsay,  du 22 mars au 17 juillet 2016. Peintre éminemment singulier, Henri Rousseau est un cas unique dans l’histoire de l’art européen. Son oeuvre s’inscrit pourtant dans son temps, au tournant du XXe siècle : en confrontant sa peinture à quelques-unes de ses sources d’inspiration, qui comptent l’académisme comme la nouvelle peinture, et aux oeuvres des artistes d’avant-garde l’ayant intronisé comme père de la modernité, Le Douanier Rousseau. L’innocence archaïque se veut une mise en lumière critique de son art autour d’une réflexion sur la notion d’archaïsme. L’archaïsme est ainsi le fil conducteur entre les oeuvres de cette exposition, présentée une première fois au Palazzo Ducale de Venise en 2015, avant de rejoindre les salles du musée d’Orsay au printemps prochain. Les chefs-d’oeuvre d’Henri Rousseau des collections des musées d’Orsay et de l’Orangerie (de La Charmeuse de Serpents à La Noce) seront confrontés aux toiles prêtées par les plus prestigieuses institutions internationales. Des oeuvres de Seurat, Delaunay, Kandinsky ou Picasso mais aussi d’artistes méconnus permettront d’évoquer la richesse des liens qui se tissent autour du Douanier Rousseau, creuset d’une voie originale dans l’exploration de la modernité..Coédition Musée d’Orsay/Editions Hazan.
 

Ses toiles montrent une technique élaborée, mais leur aspect enfantin lui valurent beaucoup de moqueries. 1849 à 1850, mais est mis en pension en 1851 en raison de la faillite de l’entreprise paternelle qui contraint ses parents à déménager plusieurs fois. Peu doué pour les études, il devient commis d’avocat à Nantes de 1860 à 1863. Il épouse le 14 août 1869 Clémence Boitard avec qui il aura neuf enfants, dont huit mourront avant 1886.

Cet organisme perçoit les taxes des marchandises entrant dans Paris. C’est Alfred Jarry qui lui donne ce surnom de  Douanier  lorsqu’il apprend que son ami occupe le poste à l’octroi de Paris de  gardien des contrôles et des circulations du vin et de l’alcool , surnom que reprennent les critiques de l’époque pour se moquer de lui. Sa notoriété s’accroît cependant avec les années et il continue de participer chaque année au Salon des Indépendants. En 1891, il y montre son premier  tableau de jungle , Surpris ! Sa femme meurt de la tuberculose en 1888 et sa situation financière devient difficile. Il héberge un temps l’écrivain Alfred Jarry et il prend sa retraite de l’octroi en 1893, pour se consacrer à la peinture, ce qui ne lui apporte pas suffisamment de revenus pour vivre.

Comments are closed.