Le communisme, autrement PDF

Le communisme, autrement PDF

J’en reproduis tous les éléments, y compris ceux qui ont déjà été diffusés dans le premier message transmis, le 20 janvier 2015. Molinier, bibliothécaire à la bibliothèque PMF de l’université Paris 1, n’est pas l’unique responsable de cette censure, il l’assume cependant pleinement, avec une arrogance non dépourvue de violence, surtout quand il ne connaît pas ses interlocuteurs. Vous noterez le communisme, autrement PDF à quel point M.


Cet ouvrage est une réédition numérique d’un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d’origine.

Molinier brocarde, dans son courriel à M. Guillaume Molinier de répondre à toute demande ou protestation sans accuser réception d’aucun message. Censure absolue contre les  dissidents , d’un côté et choix idéologiques affirmés, monocolores et unilatéraux, de l’autre, règnent de pair. 2014 chez Delga, petit éditeur indépendant.

Godefroy Clair comme également exclus  a priori . La censure, et il convient d’y insister pour prévenir un éventuel argument de  procès stalinien , mis en avant depuis des lustres à la moindre critique d’un comportement inacceptable, ne vient pas des  réseaux  présumés. Marx et mettaient en cause le capitalisme ou doutaient que celui-ci fût le mode de production définitif. Bref, à cause de la  maladresse  d’un censeur rendu imprudent par la toute-puissance habituelle exercée sans risque sur les minoritaires ou les timides. Je tiens à cet égard à remercier particulièrement mes deux correspondants, Godefroy Clair et Pierre Moret, d’avoir signalé ce qui ne paraît presque jamais au jour. Merci, donc, d’en rappeler l’indispensable exercice en diffusant et en faisant largement diffuser le présent document. L’ensemble des documents qui suivent ont été transmis aux abonnés de la liste de diffusion d’Annie Lacroix-Riz.

Molinier, copie à Mme Magnaudet, D. 2015 : échanges de courriers A. Echange de courriers entre Annie Lacroix-Rix et Mmes M. L’ouvrage proposé, bien qu’écrit par un universitaire ne nous semble pas a priori présenter la neutralité historique et scientifique nécessaire à son éventuelle intégration dans nos rayons. Les autres titres publiés par l’éditeur non plus.

Je vous remercie vivement de cette information. Pourriez-vous m’indiquer les coordonnées de la personne que vous avez contactée à ce sujet? Je me propose naturellement d’intervenir auprès d’elle. Tous trois figurent en copie du présent courriel. Nous voici en pleine démonstration de la « liberté d’expression » dont il est fait si grand cas officiel depuis le 7 janvier.

L’ouvrage proposé, bien qu’écrit par un universitaire ne nous semble pas a priori présenter la neutralité historique et scientifique nécessaire à son éventuelle intégration dans nos rayons. 2006 publié aux presses universitaires de Yale. Concernant le second point, j’observe que  G. Je vous remercie de me confirmer que  G.

Dans l’attente de votre réponse, je vous prie d’agréer, Monsieur, l’expression de mes pensées les meilleures. La censure se manifeste en tous lieux, y compris dans les bibliothèques universitaires. En voici un tout récent exemple, dont un correspondant, M. Godefroy Clair, ingénieur d’étude à Paris 8 Saint-Denis Vincennes, m’a informée vendredi 15 janvier. Voici la réponse que j’ai obtenue : L’ouvrage proposé, bien qu’écrit par un universitaire ne nous semble pas a priori présenter la neutralité historique et scientifique nécessaire à son éventuelle intégration dans nos rayons. Dans le cadre de l’échange qui a suivi, M.

Clair m’a, le 17 janvier, fourni la photographie de l’échange écrit relatif à cette demande d’achat et au refus consécutif de  G. PMF pour regarder les ouvrages consacrés à l’URSS. URSS, l’auteur le plus représenté est Carrère d’Encausse ! Robert Conquest : aucun ouvrage à PMF mais 6 dans l’ensemble du catalogue de P1.

Jean-Jacques Marie : 7 ou 8 livres, etc. Clair n’a pas recensé Nicolas Werth, mais je pense qu’il ne manque pas à l’appel. Parce que les auteurs qu’il publie n’ont pas l’agrément de  G. J’ai bien pris connaissance de votre courrier. Je ne suis pas historien de métier, aussi n’ai-je pas les armes intellectuelles pour débattre avec vous des questions que vous soulevez. Je n’ai pas non plus votre notoriété, ni votre entregent, et je n’ai pas l’honneur de connaître toutes les personnalités que vous citez, ni de faire partie d’aucun des réseaux intellectuels et syndicaux dont vous êtes membre et que vous semblez avoir alertés, au vu du nombre de messages que je reçois depuis hier. Mme Magnaudet, je vais commander l’ouvrage en question dès que cela sera possible.

La commande partira normalement jeudi 29 janvier, et l’ouvrage sera reçu et équipé sous les 15 jours qui suivront. Je regrette par ailleurs que vous passiez sous silence le fait que, dès le début de ma réponse d’hier, j’ai admis de bonne foi m’être trompé au sujet des éditions Delga et de la validité scientifique de l’ouvrage de monsieur Roberts. Au vu des articles dont on m’envoie les liens, ce fait est totalement occulté pour laisser la place à des accusations de censure d’autant plus écrasantes qu’elles censurent tout ce qui ne les étaye pas. S’il faut le répéter, je le fais bien volontiers : oui, les éditions Delga sont présentes dans les bibliothèques du réseau de Paris I. Oui, les éditions Delga publient des ouvrages tels celui de M. Roberts dont la validité scientifique est reconnue. Vous avez parfaitement raison quant aux enseignements d’histoire russe et soviétique à Paris I : il fallait lire « pas d’enseignement dispensé à PMF » et non « pas d’enseignement dispensé à Paris I ».

Université et je ne crois pas y avoir vu d’EPI de licence consacré à l’histoire soviétique. Je présente ici toutes mes excuses à Mme Marie-Pierre Rey pour ce lapsus d’autant plus stupide que je connais bien l’existence de l’Institut Pierre Renouvin et de la bibliothèque d’histoire des slaves. Ceci m’amène à penser que ladite bibliothèque d’histoire des slaves aurait bien plus vocation à accueillir cet ouvrage que la bibliothèque du centre Pierre Mendès France. Pierre Mendès France achète cet ouvrage. Je rappelle également qu’à ce jour, aucune bibliothèque universitaire française n’a acquis l’ouvrage de M.

Comments are closed.