Laurent Fignon, La dernière échappée PDF

Laurent Fignon, La dernière échappée PDF

Tour de Romandie 2013 – laurent Fignon, La dernière échappée PDF – Charly Mottet. Charly Mottet au Tour de Romandie 2013. Charly Mottet commence sa carrière professionnelle en 1983 au sein de l’équipe Renault-Elf dirigée par Cyrille Guimard.


Vainqueur de 2 Tours de France, d’un Tour d’Italie et de plusieurs Classiques majeurs, Laurent Fignon est avec Bernard Hinault l’un des grands champions du cyclisme français des années 80. Son palmarès compte près de 100 victoires ! Comment oublier ces huit secondes perdues in extremis sur les Champs Elysées qui l’empêchèrent de gagner sa troisième Grande Boucle ! Populaire sur le tard, les Français avaient enfin pu l’apprécier grâce à ses commentaires judicieux sur le Tour de France. Son franc parler, son humanité, sa combativité, récemment face à la maladie, ont fait l’admiration de tous. Dans cet ouvrage posthume, le journaliste Jean-Paul Vespini rend hommage à ce coureur de grande classe en revenant sur les grands moments de sa carrière : ses débuts, le Tour de France 1983, 1984, 1989, jusqu’à sa reconversion à partir de 1993.
Jean-Paul Vespini évoque aussi l’homme derrière le champion; son caractère bien trempé, et bien sûr la maladie, ce cancer injuste qu’il avait décidé de rendre public comme un ultime pied de nez pour mieux le vaincre.

Suivant Guimard dans sa nouvelle équipe Système U, Mottet en devient l’un des coureurs les plus importants aux côtés de Laurent Fignon. Il rejoint l’équipe RMO en 1989 et en devient le leader exclusif. Cette année-là, Charly Mottet est numéro 1 mondial à deux reprises. Sélectionneur de l’équipe de France en 1997 et 1998, il est également durant plusieurs années, directeur adjoint du Critérium du Dauphiné libéré aux côtés de Thierry Cazeneuve, chargé de l’organisation du parcours de la course.

Avant de devenir coureur professionnel, Mottet obtient plusieurs résultats dans les championnats de France juniors puis amateur. Cyrille Guimard et avec comme chef de file Bernard Hinault. Mottet dispute son premier grand tour, le Tour d’Italie, au service de Laurent Fignon. Fignon d’endosser le maillot rose, maillot qu’il cède à Francesco Moser quatre jours plus tard. Fignon reprend le maillot rose à deux jours de la fin mais il est battu le dernier jour par Moser au terme d’un contre-la-montre de 42 kilomètres. Il prend la tête de la course le lendemain malgré une défaillance et tient la première place jusqu’à l’arrivée finale à Toulouse.

Au début du mois suivant, à la lutte pour la victoire sur Paris-Nice, il est un temps leader virtuel de la course lors de l’avant-dernière étape qu’il remporte. Sur le Tour de l’Avenir dont il est tenant du titre, il perd toute chance de victoire finale en raison d’une crise de foie survenue dans la première étape de montagne. Cyrille Guimard, directeur sportif de Charly Mottet de 1983 à 1988. En cours d’année 1985, Renault annonce la fin de ses engagements sportifs pour la fin de l’année. Mottet enchaîne par un deuxième grand tour, le Tour de France.

En septembre, le chef de file de l’équipe de France au championnat du monde sur route est Bernard Hinault pour sa dernière saison. Lors de la course, Hinault est cependant lâché par un groupe comprenant des coureurs comme Mottet, Fignon ou Argentin. Il remporte en juin le Critérium du Dauphiné libéré grâce à une deuxième place obtenue dans le contre-la-montre puis une gestion de son avance sur ses adversaires dans les étapes montagneuses. Mottet garde le maillot jaune jusqu’à la dix-huitième étape, un contre-la-montre qui se termine au sommet du mont Ventoux. Le lendemain, Bernard perd son maillot à la suite d’une attaque menée par Charly Mottet et Laurent Fignon qui profitent d’une crevaison de Bernard pour s’échapper.

Comments are closed.