La non-obligation de dépenser PDF

La non-obligation de dépenser PDF

Quel poêle à bois choisir pour chauffer la maison ? Baisser la facture d’électricité : comment faire ? 1er janvier 2013, toutes la non-obligation de dépenser PDF maisons neuves devront dépenser le moins d’énergie possible et, pour cela, respecter la nouvelle réglementation thermique.


La valeur à accorder aux autorisations inscrites en lois de finances a suscité, en son temps, des débats passionnés au sein de la doctrine. Elle ne pose a priori plus de difficultés aujourd’hui. Si l’autorisation donnée de percevoir les impôts impose à l’administration l’obligation de les mettre en recouvrement, l’autorisation donnée de dépenser laisse normalement toute sa faculté d’appréciation à l’exécutif. Il a toujours été considéré que les ministres ordonnateurs, auprès desquels les crédits budgétaires sont mis à disposition, possèdent une liberté dans la mise en œuvre de la dépense. La loi de finances ne crée pas par elle-même une obligation de dépenser. La  » non-obligation de dépenser  » rencontrée traditionnellement dans les manuels de droit budgétaire a été élevée à hauteur de principe, tel un axiome en provenance des finances publiques classiques. C’est pourtant cette conception communément admise que l’auteur remet en cause, requalifie et replace dans sa dimension contemporaine, intégrant en cela les dernières évolutions du droit budgétaire et comptable consécutives à l’adoption de la nouvelle  » Constitution financière  » de la France : la loi organique du 11 août 2001 relative aux lois de finance.

En quoi la RT 2012 se distingue-t-elle de la précédente ? Je suppose donc que ma maison va me coûter plus cher ? C’est la réponse de Normand que font tous les experts. Mais ils s’empressent d’ajouter qu’au final cela ne coûtera rien de plus et pourra même vous faire réaliser des économies si vous respectez scrupuleusement les conditions d’utilisation de votre future maison. Pour concrétiser cette stabilité du prix de revient, une habitude tend à s’installer, celle d’évaluer le coût d’une maison non plus sur la somme réglée pour sa construction, mais d’inclure le coût de fonctionnement du bâtiment sur une période d’environ 25 ans, ce qui correspond à la durée de remboursement d’une majorité d’emprunts. Or, comme ce coût de fonctionnement sera considérablement réduit, la facture de chauffage devrait passer de 900 euros en moyenne par ménage à environ 250 euros.

Pas d’optimisme démesuré cependant, n’oublions pas que l’objectif premier de la RT 2012 n’est pas de faire baisser le prix de la construction, mais de définir les principes qui permettront de réduire la quantité d’énergie consommée. Quel est le grand principe RT 2012 ? Avec la RT 2012, la performance devra être multipliée par 3 ou 4. Mais comment répondre à de telles exigences ?

Par une meilleure conception de chaque projet associée à des systèmes performants. Mais il n’y a aucune solution universelle : seul le résultat compte. En donnant la priorité à une architecture bioclimatique, un art exercé de tout temps, mais un peu négligé au cours du siècle dernier, quand il a fallu réparer rapidement et pour pas cher les ravages de deux guerres mondiales. En isolant sol, murs et toiture. En maîtrisant la perméabilité à l’air.

Quel que soit le mode constructif choisi, l’étanchéité est indispensable. Les moindres détails ont de l’importance. Ainsi, un réseau électrique « à l’ancienne » est un véritable aspirateur à calories. Cette recherche d’imperméabilité à l’air suppose donc un savoir-faire nouveau, une mise en oeuvre soignée et l’utilisation de méthodes spécifiques, comme la pose de membranes d’étanchéité ou de trappes d’accès étanches.

Et l’utilisation d’équipements conçus pour s’intéger, tels que hottes de cuisine, inserts ou poêles à bois. C’est la capacité d’un matériau à emmagasiner puis à restituer plus ou moins vite la chaleur ou le froid. L’inertie est une source d’économie et de confort : elle lisse les écarts de température. Mais, autant la plupart des constructions anciennes sont lourdes et offrent une forte inertie thermique, autant les maisons d’aujourd’hui sont légères et sensibles aux variations de température. En prenant en compte le confort d’été.

Quand une maison est étanche et bien isolée, une fois la chaleur installée à l’intérieur, il est difficile de l’en déloger. Surface et distribution des baies vitrées, protections solaires, possibilité d’aération naturelle des espaces, inertie thermique les solutions ne manquent pas pour bloquer le rayonnement solaire estival et éviter ainsi un recours trop fréquent à une climatisation énergivore. En installant une ventilation économe et efficace. Isolation et étanchéité renforcées supposent une ventilation contrôlée pour ne pas transformer la maison en Cocotte-Minute insalubre. D’où l’apparition d’une génération de moteurs de type microwatt à basse consommation.

Comments are closed.