La Maison victorienne PDF

La Maison victorienne PDF

1871 : un contraste saisissant entre l’apparence d’une jeune femme de la bonne société et celle d’une laitière londonienne. Sur le plan juridique, les droits de la femme mariée sont similaires à ceux de la Maison victorienne PDF’enfant mineur : elle n’a ni le droit de vote, ni celui de porter plainte, ni même celui de posséder des biens propres. Article détaillé : Statut juridique de la femme dans l’Angleterre du XVIIIème, puis du XIXème siècle. La loi considérait le couple comme étant une seule et même personne morale.


L’époux est responsable de sa femme et a l’obligation légale de la protéger. En revanche, la femme mariée ne peut pas être condamnée pour certaines infractions telles que le vol ou le cambriolage, si elle agit sur ordre de son mari. 1861 par Isabella Beeton, auteur d’un guide de la maîtresse de maison : Mrs Beeton’s Book of Household Management. Parallèlement, la maîtresse de maison doit aussi veiller à consacrer du temps à ses enfants, ainsi qu’à l’enrichissement de sa culture personnelle et de sa connaissance générale du monde.

Parmi les autres devoirs décrits par Mrs Beeton, celui de tenir le rôle de  garde-malade  auprès des membres de la famille qui en ont besoin, vient en bonne place. La femme de l’époque victorienne s’occupe aussi de ses parents en cas de maladie, même si, par ce fait, elle se retrouve à porter moins d’attention à sa personne. Une relation toute particulière existe en outre entre les femmes et leurs frères. Une sœur doit traiter ses frères avec la même diligence dont elle use pour traiter son futur mari. Le corps féminin est perçu comme pur et n’inspirant aucun dégoût, hormis dans ses périodes de menstruation. En revanche, il est socialement acceptable pour un homme de fréquenter des prostituées.

Le dogme social qui pèse sur la femme n’est pas applicable à l’homme car, de fait, on tient pour naturelle sa propension à rechercher du plaisir avec des femmes autres que la sienne: la femme, qui ne jouit d’aucun droit l’autorisant à demander le divorce, n’a pas d’autre choix que celui d’accepter cette situation. Article détaillé : Pensionnats pour jeunes filles à l’époque victorienne. Concernant l’éducation à dispenser aux femmes, on considère qu’il n’est pas nécessaire de leur donner accès à l’instruction de type classique, scientifique et commerciale reçue par les hommes. Article détaillé : Gouvernante dans l’Angleterre georgienne et victorienne. Elaine Showalter a qualifié Cassandre, une contribution au féminisme et à la littérature de Florence Nightingale, de  texte majeur du féminisme anglais, un lien entre Wollstonecraft et Woolf.

Comments are closed.