LA GUERRE DES ALGERIENS PDF

LA GUERRE DES ALGERIENS PDF

En pratique : Quelles sources sont attendues ? Si LA GUERRE DES ALGERIENS PDF bandeau n’est plus pertinent, retirez-le.


Démantèlement de la Zone autonome d’Alger avec l’arrestation de son chef Yacef Saâdi et la mort de son adjoint Ali la Pointe. Révolution algérienne, il faut revenir à la bataille d’Alger. D’anciens membres des réseaux de Yacef Saâdi avaient décidé de travailler avec les parachutistes français. Quand un élément du FLN est identifié et arrêté, il est interrogé, compromis et piégé. On lui offre de changer de camp.

Les anciens du FLN rejoignent ainsi le groupe habillés de bleus de chauffe, d’où le nom de  bleuite  ou le  complot bleu . 70 hommes et leur rôle était de dénoncer leurs anciens camarades des réseaux clandestins, mais aussi de tenter de retourner la population en faveur des Français. Houria, une militante du FLN, est dénoncée par son mari qui souhaitait s’en débarrasser. Arrêtée, elle accepte de collaborer avec les services du capitaine Léger. Houria est mise en contact avec un militant capturé, Hacène Ghendriche, alias Zerrouk, chef de la région 3 de la zone d’Alger, retourné et secrètement passé au GRE du capitaine Léger.

Yacef Saâdi à la rue Caton. Le recoupement conduit le capitaine Léger à penser qu’Yacef Saadi loge dans cette rue. Jean Pierre et les  bleus de chauffe  du capitaine Léger. L’immeuble est fouillé, et Yacef Saadi y est arrêté en compagnie de Zohra Drif. Yacef et Zohra n’ignorent plus rien du double jeu de Zerrouk, il faut que ce double jeu se poursuive pour mettre le GRE sur la piste d’Ali la Pointe. Très vite, Zerrouk prend contact avec Ali par une boîte aux lettres de secours.

17 civils du voisinage dont 4 fillettes de quatre et cinq ans. Cette opération marque l’élimination des principaux dirigeants du FLN de la Zone autonome d’Alger et dès lors, la victoire de l’Armée française dans la bataille d’Alger. L’infiltration des  Bleus  dans les réseaux FLN permet au capitaine Léger de contrôler le courrier échangé entre Alger et les wilayas. C’est ainsi qu’il apprend qu’une nouvelle équipe de combattants algériens va être désignée afin de remplacer celle qui vient d’être démantelée en automne 1957 et montrer ainsi à ses partisans que la rébellion n’est pas morte. Le jeu est compliqué, certes, et extrêmement dangereux pour certains de ses hommes qui, se faisant passer pour le FLN, ont le courage, malgré des risques inouïs, d’aller jusqu’en Kabylie pour témoigner de la réalité des contacts et de la  sincérité révolutionnaire  des courriers. Safi et Hani, qui restent la seule autorité FLN à Alger ayant échappé à l’anéantissement des réseaux puisque, retournés par le capitaine Léger. Amirouche l’informe donc qu’il veut lui envoyer un lot d’armes d’origine tchèque pour préparer des attentats qui devraient être perpètrés au moment des fêtes de Noël.

Comments are closed.