La France la belgique la suisse par dessus les toits PDF

La France la belgique la suisse par dessus les toits PDF

Beaucoup de jus, et une forte diminution des émissions de CO2. RTE et publié le 7 février. Centrales nucléaires plus productives relativement aux deux années la France la belgique la suisse par dessus les toits PDF, marquées par des arrêts exigées par l’Autorité de Sûreté Nucléaire.


Devant cette performance, un climatologue dirait :  faites ce que vous voulez, mais conservez, au moins, ce niveau d’émissions très bas . Pourtant, la consommation n’a pas vraiment augmenté, elle a même légèrement diminué sur 2017 avec 474 TWh. Une consommation qui montre une stabilité remarquable depuis une dizaine d’année, encore plus marquée si l’on corrige les chiffres des variations dues aux températures hivernales. Où est donc parti le jus en excédent ? 17 journées importatrices nettes contre 52 en 2017.

En 1973, la France produisait la majorité de son jus avec du pétrole. Donc, le  foisonnement  national ne sauvera pas la situation. Production éolienne cumulée de l’Union Européenne à 28, au pas de temps horaire de janvier à août 2018. Cette entrée a été publiée dans Science. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Bonsoir Raf, Vous avez raison sur votre deuxième point, l’électricité nucléaire produit nécessairement des déchets nucléaires. Le nucléaire, il faut du combustible. Ensuite les barres de combustibles des centrales, on en fait quoi? On les laisse refroidir puis on les amènes dans des  usines  pour les  traiter  ou autre. Puis le tout repare sur des sites de stockage ! On fait donc encore des voyages ! Les  isines  elles utilisent de kWH pour faire tout ca!

C’est dommage de ne voir que la centrayen elle même et pas la globalité. C’est logique car vous passez sans précaution d’une vérité  de principe  à un raisonnement quantitatif  peu  sans effectuer le moindre calcul. Je recommande particulièrement à la minute 6: les explications de Greenpeace sur pourquoi le nuke émet beaucoup de CO2. Et oui depuis 2 ans, c’est 71. C’est donc possible de baisser rapidement cette part dans le mix électrique français, et sortir de cette singularité française inutile et dangereuse. Merci pour cet article très intéressant.

Comments are closed.