La Cavalerie de la Garde Impériale PDF

La Cavalerie de la Garde Impériale PDF

Les Grenadiers à cheval de la Garde à Eylau. Huile la Cavalerie de la Garde Impériale PDF toile d’Édouard Detaille, 1893, collection du musée Condé de Chantilly. Les grenadiers à cheval de la Garde impériale sont un régiment de cavalerie lourde de la Garde impériale française, en service sous le Premier Empire.


Cet ouvrage sur la cavalerie de la Garde impériale fait suite à un premier tome consacré à l infanterie
de la Garde. Issus en partie de la cavalerie de la Garde des Consuls, ses effectifs vont aller en grossissant au fur et à mesure qu elle sera appelée à jouer un rôle de plus en plus actif sur les champs de bataille. De Marengo, le 14 juin 1800, à Waterloo, le 18 juin 1815, en passant par Austerlitz et Eylau, la cavalerie de la Garde impériale s est illustrée sur tous les champs de bataille du Consulat et de l Empire.
Ses exploits ont été souvent représentés par les peintres et les illustrateurs, mais c est grâce à
une formidable collection privée que les amateurs vont pouvoir retrouver les objets de cette épopée.
Ceux des grands musées français et étrangers sont assez bien connus ; ceux des collections privées le sont moins ou pas du tout, d où l intérêt de la découverte. Cavaliers ! en selle ! Et partez à la découverte des re- liques héroïques de l Empire !

De 1804 à 1815, les grenadiers à cheval n’interviennent qu’occasionnellement dans les batailles, étant généralement tenus en réserve aux côtés de Napoléon. En 1815, sous la Première Restauration, les grenadiers à cheval deviennent le Corps royal des cuirassiers de France. Ils reprennent cependant leur nom et leur rang au sein de la Garde impériale lors du retour de Napoléon la même année et sont engagés dans la campagne de Belgique. Un grenadier à cheval de la Garde impériale en grande tenue, par Hippolyte Bellangé. Les origines des grenadiers à cheval remontent à la Constitution de l’An III qui institue la formation d’une garde du Directoire. Un décret du 28 novembre 1799 donne naissance à la nouvelle Garde consulaire à laquelle les grenadiers à cheval sont intégrés avec une unité de chasseurs.

D’autres remaniements ont lieu en 1801 et en 1802 sous la supervision du général Jean-Baptiste Bessières, portant l’unité à quatre escadrons de deux compagnies chacun. Pour être acceptées dans le régiment, les recrues doivent mesurer 1,76 m, avoir effectué dix ans de service, participé à au moins quatre campagnes et avoir été cité pour bravoure. Sous la période consulaire, le régiment se compose pour une très grande partie de vétérans de la ligne, faisant preuve de neuf années de service en moyenne. L’âge moyen des cavaliers est de 28 ans, chiffre qui tend à s’abaisser un peu pendant l’Empire, les soldats servant généralement plus longtemps dans la ligne. Le 18 mai 1804, les grenadiers à cheval prennent rang dans la Garde impériale. En juillet de la même année, un décret porte l’effectif de l’état-major à 32 hommes et organise le régiment en quatre escadrons de deux compagnies chacun, avec 123 hommes par compagnie, pour un total de 1 016 officiers, sous-officiers et soldats. Après l’abdication de Napoléon en 1814 et le retour des Bourbons sur le trône de France, le roi demande au maréchal Ney de procéder à la dissolution du régiment et de réorganiser les hommes dans le nouveau corps des  cuirassiers de France , fort de quatre escadrons.

Comments are closed.