L’obscure mort des ducs PDF

L’obscure mort des ducs PDF

Le duché de Lorraine est né du partage de la Lotharingie en 959 par le duc Brunon de Cologne. L’obscure mort des ducs PDF-ci confia la partie méridionale du duché au vice-duc Frédéric de Bar qui prit le titre de duc de Haute-Lotharingie en 977. 1766, date de l’annexion par la France.


Alors que Louis XIV assiste impuissant à la disparition inexorable d’une partie de sa descendance, Trois-Sueurs et le duc de Saint-Simon parviendront-ils à innocenter le cousin du roi Philippe d’Orléans ? Celui-ci est en effet au cœur d’une terrible machination : on l’accuse d’être l’empoisonneur du duc de Bourgogne, de son épouse et de leur fils, le petit duc de Bretagne. Les vrais coupables seront-ils confondus et la justice pourra-t-elle triompher ? En Provence à la fin du règne de Louis XIV les aventures extraordinaires du brigand Trois-Sueurs dans une période déjà très troublée où la débauche et le crime gangrènent la cour de France.

Durant ces sept siècles et à l’exceptions des périodes d’occupations étrangères, la Lorraine fut gouvernée par ses ducs héréditaires, descendants de Gérard d’Alsace. A cette date, le dernier duc héréditaire François III renonça au trône lorrain. L’ancien duc, d’abord grand-duc de Toscane, fut par la suite été élu roi des Romains et couronné empereur du Saint-Empire Romain germanique sous le nom de François Ier. Afin de préparer l’annexion du duché par la France, la couronne de Lorraine fut donnée à titre viager à Stanislas Leszczynski, souverain polonais détrôné et beau-père de Louis XV. Privé de réels pouvoirs politiques, il régna sur le duché jusqu’à sa mort en 1766.

La numérotation des ducs de Lorraine est un peu complexe dans le sens où elle a été fluctuante et sujette à des manipulations visant à rehausser le prestige des souverains. En effet, l’origine messine de la Maison d’Alsace parut sans doute trop obscure pour les ducs de la fin du Moyen Age et de la Renaissance. Afin de correspondre avec ces constructions généalogiques, la numérotations des souverains a parfois omis les ducs des Maisons de Bar et de Verdun. Thierry II est parfois numéroté Thierry Ier en omettant le duc de Haute-Lotharingie qui régna à la fin du Xe siècle. Charles de Basse-Lotharingie et son épouse, Musée des Offices, XVIIe siècle.

Henri Ier, fils de Gislebert de Lotharingie, Musée des Offices, XVIIe siècle. Article détaillé : Liste des rois et ducs de Lotharingie. Marié à Richilde de Lunéville, fille de Folmar Ier, comte de Lunéville et de Metz. Associé à son père mais mort avant lui.

Hermann II, duc de Souabe, et Gerberge de Bourgogne. Fils de Godefroid Ier, comte de Verdun et d’Hainaut, et de Mathilde de Saxe. Marié en premières noces à Doda. Godefroid II  le Barbu  se révolte en 1046 de n’avoir été investi que de la Haute-Lotharingie et non de la Basse Lotharingie. L’Empereur des Romains Henri III lui confisque son duché et le confie en 1047 à Adalbert d’Alsace. Fils de Gérard IV de Bouzonville, comte de Metz, et de Gisèle de Franconie.

Mort tué par Godefroid II  le Barbu  qui espère récupérer le duché, sans succès. Détail du portrait de Gérard d’Alsace. Marié à Hedwige de Namur, fille d’Albert Ier, comte de Namur et d’Ermengarde de Basse-Lotharingie. Henri III, comte de Louvain et de Bruxelles, et de Gertrude de Flandre. Frédéric II, duc de Souabe, et de Judith de Bavière et de Saxe. Marié en premières noces à Agnès, fille du comte de Valdentz. Sans descendance, abdique en 1205 en faveur de son neveu Ferry II, pour se retirer dans un monastère.

Détail du portrait de Ferry Ier de Lorraine. Mieszko III le Vieux, duc de Grande-Pologne, et d’Élisabeth Arpad de Hongrie. Après l’abdication de son frère en faveur de son fils Ferry II, il s’autoproclame malgré tout duc de Lorraine. Thiébaut Ier, comte de Bar, et de Laurette de Looz. 1251 – 1255 : Régence de Catherine de Limbourg, veuve de Mathieu II et mère de Ferry III. Hugues, seigneur de Rumigny, et de Philippine d’Oulche.

1328 – 1331 : Régence d’Élisabeth d’Autriche, veuve de Ferry IV et mère de Raoul. Ier, comte de Bar et de Marie de Bourgogne. 1346 – 1360 : Régence de Marie de Châtillon, veuve de Raoul et mère de Jean Ier. Eberhard II, comte de Wurtemberg, et d’Élisabeth de Henneberg. Ambito francese – Isabella di Lorena, regina di Napoli. Article connexe : Maison capétienne de Valois. Antoine, comte de Vaudémont, de la branche cadette de Lorraine, n’accepte pas que le duché de Lorraine se transmette en ligne féminine par sa cousine Isabelle Ire de Lorraine.

Elle est la fille de Charles II, duc de Lorraine, et de Marguerite de Bavière. Fille aînée du couple, elle hérite de la couronne du Duché de Lorraine qui applique la primogéniture sans prédominance masculine. Guy XIV, comte de Laval, et d’Isabelle de Bretagne. Ambito francese – Iolanda d’Angiò, duchessa di Lorena e di Bar, contessa di Vaudémont. Duchesse de Bar, Comtesse de Vaudémont, marquise de Pont-à-Mousson. Abdique la couronne de Lorraine dès qu’elle en hérite en faveur de son fils René II de Lorraine.

Comments are closed.