Jeunes d’Afrique, agissons ! PDF

Jeunes d’Afrique, agissons ! PDF

Plastique : trop c’est trop, l’UE doit réagir ! Sauvons la forêt Nous agissons pour la préservation des forêts tropicales. Nos pétitions en ligne combattent jeunes d’Afrique, agissons ! PDF projets destructeurs et désignent les responsables par leur nom.


Comment les jeunes Africains peuvent-ils réussir à transformer qualitativement le devenir de leur continent ? Comment mener le combat pour une Afrique fière, forte, digne et libre ? Comment la jeune génération parviendra-t-il à surmonter les obstacles pour se façonner un avenir à la hauteur de ses capacités ? L’auteur apporte des réponses à ces questions car les jeunes sont la force de l’Afrique, cette Afrique qui doit relever la tête et accomplir activement son destin.

Participez vous aussi à la protection des forêts tropicales ! Nous avons détecté que votre javascript est désactivé. Javascript doit être activé dans votre navigateur pour utiliser toutes les fonctionnalités de ce site. Toutes sont encore peu connues et très fragiles. Plusieurs menaces pèsent sur ces petits mammifères volants et l’état de santé des populations de chiroptères demeure préoccupant. Le trafic routier et ferroviaire ainsi que les parcs éoliens sont aussi une source de mortalité notable des chiroptères.

En somme, les petites maîtresses de la nuit risqueraient de ne pas le rester longtemps si nous n’agissons pas ! Dans tous les cas, rappelez-vous que les chauves-souris sont des espèces très sensibles. Si vous décelez la présence de chauves-souris chez vous, n’hésitez pas à contacter le Groupe Chiroptères de Midi-Pyrénées, Nature Midi-Pyrénées ou toute autre association locale naturaliste. Voici toutefois, présentés brièvement, quelques-uns de vos colocataires possibles.

Typiques du fait de leur feuille nasale en forme de fer à cheval. Il existe plusieurs espèces dont certaines peuvent se rencontrer régulièrement dans les caves ou autres bâtiments. Très sensibles au dérangement, le moindre bruit peut provoquer un grand mouvement de panique et faire s’envoler l’ensemble de la colonie. En période de reproduction notamment cela peut être mortel pour des jeunes non volant qui risquent de tomber. Elles sont bien souvent les chauves-souris que l’on observe aisément et avec lesquelles nous partageons notre toit le plus régulièrement car elles s’accommodent plutôt bien du bâti et de la proximité de l’homme.

Plutôt forestières, ces chauves-souris, comme leur nom l’évoque, possèdent des appendices auditifs sur-développés leur conférant une allure typique ! La distinction entre les espèces reste là aussi très délicate. Ils occupent parfois les veilles granges ou greniers qui leur offrent des poutres auxquelles ils aiment s’accrocher. On connaît actuellement en Midi-Pyrénées 9 espèces de murins aux mœurs parfois très différentes et dont certaines ne se rencontrent jamais à proximité de l’homme. Quelques unes sont en déclin inquiétant et font l’objet d’actions spécifiques de protection.

C’est une grande amatrice de vieux arbres et de vieilles poutres. Les granges et vieilles fermes peuvent lui offrir plusieurs cavités très attractives. Son pelage très sombre et sa tête typique la distinguent de toute autre chauve-souris. Outre la connaissance des espèces, il est bon de rappeler également que nombre de « croyances populaires » sur les chauves-souris sont fausses et néfastes à une réelle connaissance et donc à la protection de ces espèces. Ainsi, même si vous arborez une chevelure fournie, aucun risque de voir une chauve-souris foncer dedans pour s’accrocher avec force sur votre tête. Pas de risque non plus ici de vous faire sucer le sang par une chauve-souris adepte des films d’épouvante !

Seules deux espèces d’Amérique du Sud se nourrissent de sang principalement sur du bétail et des grands mammifères pour l’une, sur des volailles pour l’autre. Les espèces vivant ici se nourrissent presque exclusivement d’insectes et d’araignées. Elles représentent donc des auxiliaires très importants, véritables « insecticides » naturels. Toutes les chauves-souris ne vivent pas dans des grottes et toutes ne dorment pas la tête en bas non plus. Seules quelques espèces ont vraiment l’habitude de dormir suspendues la tête en bas. Beaucoup d’autres se faufilent dans des brèches, derrière des volets, etc. Présence avérée ou non, n’hésitez pas à rendre cave et grenier accueillants pour les chiroptères en préservant des accès spécifiques qui leur permettent d’entrer et sortir des lieux sans souci.

Comments are closed.