Je suis un arbre PDF

Je suis un arbre PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Si je suis un arbre PDF bandeau n’est plus pertinent, retirez-le.


Une réorganisation et une clarification du contenu paraissent nécessaires. Le philosophe René Descartes, qui reprit cette formule. Chez ce dernier elle exprime la première certitude qui résiste à un doute méthodique. Cherchant à refonder entièrement la connaissance, Descartes souhaite lui trouver un fondement solide, absolument certain. Indépendamment des formulations, le cogito constitue un élément majeur de la pensée cartésienne. Il est une certitude à partir de laquelle Descartes va tenter de refonder toute la connaissance.

Il consiste en une intuition qui ne se résume pas à une déduction logique. Dans le vocabulaire philosophique, l’expression est fréquemment raccourcie et substantivée. Le cogito est alors pris comme une découverte qui n’est plus toujours liée à Descartes lui-même. On parle ainsi de cogito augustinien, avant Descartes, ou de cogito husserlien, après lui. Descartes a connu Mersenne à partir de 1637.

Il échangea une correspondance avec lui, dans le cadre des réseaux de scientifiques de cette époque. Le Cogito ergo sum se comprend donc comme l’attitude d’un homme qui revendique une forme de pensée contraire à celle des autorités de l’Église, et proclame son droit à l’existence par la pensée. Sed est deceptor nescio quis, summe potens, summe callidus, qui de industriâ me semper fallit. Adeo ut, omnibus satis superque pensitatis, denique statuendum sit hoc pronuntiatum, Ego sum, ego existo, quoties a me profertur, vel mente concipitur, necessario esse verum.

Mais il y a un je ne sais quel trompeur très puissant et très rusé, qui emploie toute son industrie à me tromper toujours. Cette pensée, je pense, donc j’existe, est la première et la plus certaine qui se présente à celui qui conduit ses pensées par ordre. Descartes, qui était partie prenante des recherches scientifiques de l’époque, chercha à laisser à la postérité une méthode scientifique, basée sur le doute méthodique, afin de conduire à la recherche de vérités. Malgré sa pratique d’un doute radical, Descartes se distingue des sceptiques. Chez ces penseurs grecs, l’épochè consiste en une suspension définitive du jugement qui vise à atteindre l’ataraxie.

De nombreuses découvertes viennent détruire l’unité politique, religieuse de l’Europe. L’homme est donc perdu dans un monde incertain où rien n’est sûr sauf l’erreur. Mais pour Descartes, l’homme ne peut renoncer à  l’assurance du jugement . Le scepticisme n’est pas une attitude viable. Dans le Discours de la méthode, il s’agit d’un doute méthodique. Le fait de penser demande d’introduire une méthode.

C’est sur le sujet pensant que se fondent désormais la connaissance, la morale et le droit. Descartes en vient à vouloir prouver aussi l’existence de Dieu, par le seul fait qu’il pense son existence. Le cogito ergo sum développé dans ces trois œuvres a donc une portée considérable et intemporelle. Descartes affirme qu’il est un être pensant, et il pose la question de l’existence de Dieu, affirmant qu’il existe. Certains parlent alors d’un doute hyperbolique : Descartes, poursuivant ses idées déjà exposées dans les Règles pour la direction de l’esprit, recherche un principe premier, c’est-à-dire un fondement de toute connaissance.

Comments are closed.