Hiver l de pluie PDF

Hiver l de pluie PDF

Pluie tropicale dans une rue de León, au Mexique. La pluie est un phénomène naturel par lequel des gouttes d’eau tombent hiver l de pluie PDF nuages vers le sol. Il s’agit d’une des formes les plus communes de précipitations sur Terre.


La pluie est naturellement acide par l’effet de dissolution de dioxyde de carbone ou gaz carbonique acide : le potentiel hydrogène ou pH de l’eau de pluie recueillie dans les pluviomètres est de l’ordre de 5,7. Sur le feu, Théophraste pense que c’est le choc des nuages contre les montagnes qui produit la pluie. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Articles détaillés : Physique des nuages et Précipitations. En réalité, les gouttes d’eau n’ont pas la forme ‘classique’.

Les gouttes très petites sont presque sphériques. Le dessous des gouttes plus grandes s’aplatit par la résistance de l’air, et donne l’apparence d’un petit pain de hamburger. Les grandes gouttes ont beaucoup de résistance à l’air, ce qui les rend instables. Les gouttes très grandes sont divisées par la résistance de l’air.

C’est le grossissement de ces gouttelettes qui donnera la pluie. On parle de pluie chaude quand les gouttes de pluie se sont entièrement formées dans un nuage au-dessus du point de congélation et de pluie froide quand elles sont le résultat de la fonte de flocons de neige quand l’air passe au-dessus de zéro degré Celsius en altitude. L’accrétion amorcée par association collante se poursuit inéluctablement. La taille des gouttelettes peut alors facilement atteindre le dixième de millimètre, voire de manière catastrophique 4 à 5 mm dans les grosses pluies d’orage. Il existe aussi toutefois des  pluies sans nuages , telles que le serein des milieux maritimes et tropicaux. Néanmoins, certaines gouttes peuvent dépasser cette taille par condensation sur de grandes particules de fumée ou par des collisions entre les gouttes de régions proches d’un nuage à très forte saturation.

Dans un nuage froid, les gouttelettes peuvent rencontrer un noyau de congélation et se transformer en cristaux de glace. Ils finissent eux aussi par tomber en capturant des flocons plus petits pour augmenter leur diamètre. Lorsqu’ils passent dans de l’air au-dessus du point de congélation, les flocons fondent et continuent leur croissance comme les gouttes des nuages chauds. Rideau de pluie sous un ciel orageux dont une partie forme de la virga. La fréquence des pluies, apportées par le passage d’air humide maritime, est souvent accrue quasi-exponentiellement par l’obstacle d’un simple relief terrestre, comme de simples collines à des monts plus élevés qui, eux, sont déjà susceptibles d’épuiser toute l’humidité des nuages ou brouillards bas. Les pluies d’orage, aléatoires dans le temps et l’espace, restent souvent très localisées.

Comments are closed.