Eugène Isabey PDF

Eugène Isabey PDF

Isabey pratique l’art de la miniature. Il connaît le succès, aussi bien sous le Premier Empire qu’auprès des diplomates du Congrès de Vienne. Joséphine de Beauharnais et Napoléon Bonaparte ont été ses mécènes. Jean-Baptiste Isabey représente en Europe l’excellence de l’école française de miniaturistes, une renommée acquise notamment par la qualité de ses ivoires eugène Isabey PDF à la gouache, en règle générale entourés de cadres précieux ou sertis dans des boîtes d’or.


La réputation d’Eugène Isabey (1803-1886) n’a guère connu d’éclipse : l’abondance de son oeuvre a assuré sa postérité sans nécessiter un procès en réhabilitation. Fils de Jean-Baptiste Isabey (1767-1855), le plus célèbre des miniaturistes de l’Empire, Eugène sut imposer avec fougue son prénom : à la précision et à la suave délicatesse de l’un, l’autre répondit par la richesse de sa palette et la générosité de sa touche. En dramaturge romantique, Eugène Isabey orchestra d’emblée d’immenses scènes de naufrage. Parallèlement, il emprunta le goût des costumes anciens à la littérature de son temps et remporta un vif succès auprès des collectionneurs grâce à ses évocations historiques. Fondé sur les richesses du département des Arts graphiques du musée du Louvre, ce volume s’attarde moins sur cette production de cape et d’épée que sur l’exploration inédite des rivages normands et bretons. En 1864, Napoléon III faisait acheter à l’artiste une soixantaine d’aquarelles, rehaussées de gouache, représentant les rivages et les vieilles villes de ces régions dont Isabey s’était fait le chantre depuis les années 1820. Elles forment un vibrant plaidoyer pour les falaises ou les côtes déchiquetées, d’Etretat à Saint-Malo, tour à tour battues par les vents ou écrasées de soleil, mais aussi pour un peintre, peut-être trop virtuose, derrière lequel se cache un artiste authentique, de ceux qui, armés d’un simple pinceau, nous font regarder autrement le spectacle de la nature, leçon à laquelle furent sensibles Jongkind comme Boudin.

1813, musicien de la Chapelle du roi, premier violon de l’empereur de Russie. Comte Jean Bérenger porte une robe dessinée par Isabey, comme toutes les tenues portées, ce jour-là, par les princes, princesses, ministres, sénateurs, conseillers d’État. La robe est en tulle de soie ivoire, agrémentée de fines broderies métalliques et d’un double volant métallique au niveau de l’encolure. Les épaules sont soulignées par deux petits volants dentelés en tulle ivoire. Elle se ferme au dos au niveau de la poitrine, au moyen de deux liens coulissants. Bérenger, il n’existe plus dans le monde aucun vêtement du sacre de l’empereur : cette robe et cette traîne de cour en constituent les derniers vestiges. Elles ont été présentées pour l’exposition Les Trésors de la Fondation Napoléon.

Depuis lors, elles sont régulièrement exposées dans divers musées en France comme à travers le monde. 28 janvier 2006-18 avril 2006, musée des beaux-arts de Nancy. Fiche de la robe et traîne de cour de madame bérenger sur napoleon. Isabey : sa vie et ses œuvres, E.

Jean-Michel Vinciguerra,  Les Mystères d’Isis ou l’Égypte antique d’après les décorateurs de l’Opéra: sur quelques acquisitions récentes du département de la Musique , in L’Antiquité à la BnF, 20 décembre 2017. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 8 novembre 2018 à 17:43. Nederlandsk skib og fiskerbåd i frisk brise. Kamp mellem det engelske linjeskib HMS Tremendous og en britisk fregat mod den franske fregat La Canonniere, Pierre-Julien Gilbert, 1806. Marinemaleri eller sømaleri er en malerigenre, hvis motiv er havet, ofte med skibe, og betegnelsen anvendes også for de enkelte malerier i genren.

Comments are closed.