ESO CIVILISATION 2 PLUS PDF

ESO CIVILISATION 2 PLUS PDF

Nébuleuse M17 : photographie prise par le télescope Hubble. L’astronomie est la science de l’observation des astres, cherchant à expliquer leur origine, leur évolution, ainsi que leurs propriétés physiques et chimiques. Antiquité dans les pratiques religieuses ESO CIVILISATION 2 PLUS PDF. L’astronomie est l’une des rares sciences où les amateurs jouent encore un rôle actif.


L’archéologie révèle en effet que certaines civilisations disparues de l’Âge du bronze, et peut-être du Néolithique, avaient déjà des connaissances en astronomie. Ces différentes civilisations ont légué de nombreux apports et découvertes. Préalables : Inutile de préciser que toutes les observations se faisaient à l’œil nu puisque les anciens étaient aidés dans cette tâche par l’absence de pollution industrielle et surtout lumineuse. C’est pour cette raison que la plupart des observations à l’antique seraient impossibles aujourd’hui. Durant des millénaires, l’astronomie fut couramment associée à l’astrologie, qui en était d’ailleurs souvent le primum movens.

Le divorce n’interviendra qu’au siècle des Lumières pour se perpétuer de nos jours. En Mésopotamie, l’astronomie voit apparaître ses premiers fondements mathématiques. Le repérage des trajets des astres errants se fait d’abord sur trois voies parallèles à l’équateur. Ces observations seront très utiles aux astronomes grecs.

Elle sert au calcul du temps. Articles détaillés : Science du Moyen Âge, Éducation médiévale et Sciences et techniques islamiques. L’astronomie indienne aurait culminé vers 500, avec l’Āryabhaṭīya, qui présente un système mathématique quasi-copernicien, dans lequel la Terre tourne sur son axe. Pour naviguer sur mer mais aussi dans le désert, les civilisations arabo-persanes avaient besoin de données très précises. Après les invasions barbares, l’astronomie se développe relativement peu en Occident.

On peut encore citer Al-Maghribi, Al-Sufi. Dessin d’un astronome chinois en 1675. Près d’un siècle plus tard, cette idée est défendue, étendue et corrigée par Galilée et Kepler. C’est Isaac Newton qui, en décrivant la gravitation par ses lois du mouvement permet finalement de donner une explication théorique au mouvement des planètes. Il invente aussi le télescope réflecteur, qui améliore les observations. On découvre que les étoiles sont des objets très lointains : l’étoile la plus proche du Système solaire, Proxima du Centaure, est à plus de quatre années-lumière.

Avec l’introduction de la spectroscopie, on montre qu’elles sont similaires au soleil, mais dans une grande gamme de température, de masse et de taille. Peu après, on découvre l’expansion de l’univers, conséquence de la loi de Hubble, établissant une relation entre la vitesse d’éloignement des autres galaxies par rapport au Système solaire et leur distance. L’UNESCO décrète 2009 comme étant l’Année mondiale de l’astronomie. Jean Richer, d’après une gravure de Sébastien Leclerc. Antiquité, l’astronomie consiste principalement en l’astrométrie, c’est-à-dire la mesure de la position dans le ciel des étoiles et des planètes. L’astrophysique est la branche de l’astronomie qui détermine les phénomènes physiques déduits par l’observation des astres.

Actuellement, les astronomes ont tous une formation poussée en astrophysique et leurs observations sont presque toujours étudiées dans un contexte astrophysique. Une image de la photosphère du Soleil en ultraviolets prise par le télescope TRACE. L’étoile la plus étudiée est le Soleil, une petite étoile typique de la séquence principale de type spectral G2V et vieille d’environ 4,6 milliards d’années. La luminosité du Soleil a régulièrement augmenté au cours de sa vie. Au centre du Soleil se trouve le cœur.

Comments are closed.