Education generale iii. vigueur et cran pour nos enfants. PDF

Education generale iii. vigueur et cran pour nos enfants. PDF

Please forward this error screen to ns7. Ce blog veut être celui de la liberté de la parole et de la confrontation des idées. Je me propose d’évoquer à chaud et education generale iii. vigueur et cran pour nos enfants. PDF, un fait d’actualité, une déclaration intéressante, ou un événement appelant un éclairage, une remarque. Je m’autorise à être subjectif, anecdotique, rapide.


Il est loisible de débattre à partir de ces thèmes et sujets, ou d’autres que les lecteurs peuvent choisir. Car ce blog a pour objectif d’être un lieu d’échanges. Surtout, ne pas stigmatiser les minorités ethniques ! Le politiquement correct, cette novlangue européenne, oblige à fermer les yeux sur certains de leurs comportements pour éviter une accusation en racisme ou en discrimination. Sous couvert d’humanisme et de morale, cet aveuglement collectif est une lâcheté. Celle-ci explique la perte d’autorité des professeurs, lâchés par leur hiérarchie, dans certains établissements scolaires, et les débordements haineux et sexistes de ceux qui se sentent protégés par leur statut de victime sociale.

En Grande-Bretagne, le silence imposé n’a pas permis à la presse d’enquêter sur les réseaux criminels au prétexte qu’ils mettaient en cause des musulmans. Cela fait 40 ans que le corps enseignant est en majorité de gauche. Cela fait 40 ans que les profs défilent de la Bastille à Nation, poing levé pour réclamer la tolérance , l’ouverture à l’autre. N’oublions pas en 2002 tous ces lycéens, menés par leurs profs, criant dans la rue  » 1ère, 2ème, 3ème génération, nous sommes tous des enfants d’immigrés ! Tout ce qui arrive aujourd’hui n’arrive que parce que « hier » rien n’a été fait pour l’arrêter ! Une situation est toujours la conséquence de quelque chose.

Cette pauvre prof , peut être pas de gauche, n’illustre que la conséquence du laxisme, de l’idéologie, de la naïveté . Quand j’étais petit au Maroc, dans une école religieuse, une « Soeur » m’avait dévissé la tête par une gifle monumentale parce que j’étais agité ! Je n’ai plus bougé une oreille en classe jusqu’à la Fac ! C’est ça l’éducation, calmer les agités ! Abonnée, au début, au Fig Mag pour les mots croisés de Michel Laclos, devenue inconditionnelle de Bouvard et Rioufol! Aujourd’hui je lis les éditoriaux,les débats et fais le Sudoku! Jamais ouvert le Fig Madame,je le donne à une amie.

Bien vu Monsieur Ivan, c’est le commentaire pertinent qui était à faire, vous avez bien voulu dire, vous, que le jeune homme – que les commentateurs habituels se sont empressés d’excuser – était un Noir. Ce n’est pas mal parler que de dire le vrai : la présence noire a instillé et installé le racisme, un racisme à sens unique qu’on peut dire légalisé. Et accepté par tous les discoureurs politiques et phraséologues journalistes. Lâcheté doublée d’une énorme hypocrisie et d’une malhonnêteté intellectuelle méprisable. Que dire de ces gens qui, face aux violences de certains vont les attribuer au reste de la société dans son ensemble ? Pensons par exemple à ces entreprises de transport qui, sous couvert de dénoncer la recrudescence d’incivilités inconnues il y a cinquante ans, lancent des campagnes médiatiques mettant en scène des gens qui ressemblent à des Franco-Français représentés en plus de façon caricaturale comme appartenant à des classes plutôt aisées.

Bien entendu, il y a des goujats partout, mais cette manière volontairement déconnectée de la réalité , au-delà de son approche abjecte, ne risque-t-elle pas au contraire renforcer la certitude des auteurs réels des violences qu’ils ne sont pas concernés et qu’ils peuvent continuer d’adopter impunément des comportements pour le moins répréhensibles ? Ministres des Cultes mettent en cause  les  religions, en bloc, de façon indistincte ? La punition collective, en usage à une époque dans les établissements scolaires, est-elle désormais devenue la règle en ce qui concerne le droit commun ? Pour ne pas commettre de contre-sens, je suis allé lire la définition de « conformisme » et « conformiste » sur le site du dictionnaire de l’Académie française. Emprunté de l’anglais conformist, qui professe la religion officielle , dérivé de conform, conforme , d’origine française.

Personne qui adopte une conduite conforme à celle qui est en usage dans le milieu où elle vit. En Angleterre, depuis le xviie siècle, personne professant la religion anglicane. Qui se conforme en toutes circonstances aux idées reçues, aux façons de vivre en usage dans son milieu, aux coutumes, aux traditions. Avoir reçu une éducation très conformiste. Tendance à suivre en toutes circonstances les idées, les modes, les mœurs, le langage du milieu dans lequel on vit, du groupe auquel on appartient. Un cercle fermé où règne un certain conformisme.

Sur Wikipedia, on peut lire ceci à l’article « Conformisme ». Le conformisme est une attitude très largement étudiée en sciences sociales qui correspond à un comportement qui est en accord avec ce qui est attendu d’un individu ou d’un groupe dans une situation donnée : être conforme veut dire ne pas dévier de la norme admise, ne pas prendre une liberté en agissant de façon différente de ce qui est attendu, socialement. C’est peut-être plutôt ce à quoi pense Ivan Rioufol dans son billet. Mas il est intéressant de lire la suite de l’article Wikipedia.

Pour Asch, le conformisme correspond à un suivisme, dans lequel le sujet qui se conforme n’adhère pas aux opinions de la majorité. Et là, lorsqu’un individu se conforme aux idées du groupe alors que ses propres idées sont contraires, on peut dire que le conformisme est une lâcheté. Je serai moi-même conformiste si sur ce blog je ma rattachai à sa doxa alors que je pense exactement le contraire. Mais ce n’est pas parce que ses propres idées sont identiques à celles de la majorité du groupe qu’on fait preuve de lâcheté en les défendant. Un exemple de conformisme qui va en faire bondir plus d’un.

Comments are closed.