Dans la haie avec la souris PDF

Dans la haie avec la souris PDF

Si ce bandeau n’est plus dans la haie avec la souris PDF, retirez-le. En pratique : Quelles sources sont attendues ? Un animal que certains considèrent à tort comme un hibernant est l’ours. En effet, bien que ses fréquences cardiaques ralentissent, la température corporelle de l’ours reste relativement stable et il peut être facilement réveillé.


Concernant les animaux à sang froid comme les grenouilles, les lézards, les tortues ou certains poissons, on parle plus précisément de brumation. La torpeur est un état physiologique qui s’arrête dès que l’air se réchauffe, c’est-à-dire que lorsque la température extérieure augmente, l’animal réajuste sa température interne en la diminuant légèrement afin de ne pas gaspiller d’énergie pour se réchauffer. L’hibernation est une véritable léthargie et une diminution profonde de la température de l’animal. Les animaux hibernant réellement sont par exemple les loirs, les marmottes et certaines chauves-souris. La grande majorité des mammifères est obligée de maintenir une température constante dans un environnement froid en régulant sa température par des processus physiologiques nommés thermogenèse. Nil qui s’enterre dans la boue pendant la période chaude. Son aptitude à hiberner est meilleure en hiver, c’est-à-dire à partir du mois de septembre.

En dehors de cette période, même si les conditions sont défavorables, l’animal n’hiberne pas. Plusieurs mois avant la période d’hibernation, les hibernants stockent et consomment énormément de nourriture. Par exemple, le spermophile passe de 150 grammes de masse corporelle à 350 grammes. Les réserves sont essentiellement des réserves lipidiques stockées sous la peau. Les hibernants aménagent ensuite leur terrier que l’on nomme une hibernaculum. L’hibernaculum est choisi pour éviter des variations thermiques importantes. Les animaux se mettent dans une position qui garde le maximum de chaleur, généralement en boule.

La thermorégulation ne s’arrête pas et la thermogenèse se remet en route pour maintenir la température intérieure de l’animal à une température acceptable. L’hibernation n’est pas un état passif. La diminution de la température interne entraîne un ajustement des différentes fonctions. Les autres régions ne montrent pas d’activité corticale spontanée. Mais l’animal réagit aux bruits, au toucher, etc. La diminution de la vitesse de circulation du sang nécessite un abaissement de sa coagulabilité pour éviter le risque de formation de caillot.

Comments are closed.