Corée du Nord, voyage en dynastie totalitaire PDF

Corée du Nord, voyage en dynastie totalitaire PDF

Cet article est une ébauche concernant la Corée du Nord corée du Nord, voyage en dynastie totalitaire PDF le communisme. La tour du Juche à Pyongyang.


Ni staline, ni Mao n’avait réussi à instaurer une dynastie totalitaire. En Corée du Nord, Kim Il Sung,  » le soleil de la Corée y est parvenu. Son fils,  » sa réincarnation  » est en train  » d’éterniser ses exploits autour du mot d’ordre : un aujourd’hui pour demain « . Famine, misère, endoctrinement et robotisation des esprits, culte délirant de la personnalité, population sur pied de guerre, Alain Destexhe, parlementaire et ancien Médecin Sans Frontières, n’avait jamais vu un tel mélange de détresse et d’absurdité. Un témoignage hallucinant sur le pire régime de la planète.

Corée du Nord Kim Il-sung et qui fonde le régime de la République populaire démocratique de Corée. Cette idéologie a été baptisée ainsi par un de ses principaux théoriciens, le Nord-Coréen Hwang Jang-yop. Kim Il-sung, le fondateur de l’idéologie du juche. Articles connexes : Songun, Byongjin et Marxisme-léninisme. La doctrine du juche reprend les idées du communisme, qui prône une société sans classes et repose également sur le principe d’indépendance politique, d’autosuffisance économique et d’autonomie militaire. Elle a comme objectif la réunification avec la Corée du Sud. D’après le site officiel Naenara,  les idées du juche peuvent se résumer à ceci : le peuple est le maître de la révolution et du développement du pays et a les capacités à les promouvoir.

Ces idées reposent sur le principe philosophique selon lequel l’homme est maître de tout et décide de tout. La politique de songun a été développée par Kim Jong-il depuis 1995 comme prolongement des idées du juche. 70e anniversaire du président Kim Il-sung, en 1982, la tour du Juche a été érigée à Pyongyang. En 1995 est érigé à Pyongyang le monument à la fondation du parti représentant un marteau, un pinceau et une faucille, symboles du Parti du travail de Corée et des idées du juche.

Voir Développement économique, sur le site ledevoir. 26 avril 2013, consulté le 6 décembre 2015. Juliette Morillot, Dorian Malovic, La Corée du Nord en 100 questions, France, Éditions Tallandier, 27 octobre 2016, 384 p. Philippe Grangereau, Au pays du Grand Mensonge. Voyage en Corée du Nord, Payot, 2003 p. North Korea’s storytelling autocrats », BBC News, 19 février 2014.

Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 24 octobre 2018 à 22:24. Cet article est une ébauche concernant la Corée du Nord et le communisme. La tour du Juche à Pyongyang. Corée du Nord Kim Il-sung et qui fonde le régime de la République populaire démocratique de Corée. Cette idéologie a été baptisée ainsi par un de ses principaux théoriciens, le Nord-Coréen Hwang Jang-yop.

Kim Il-sung, le fondateur de l’idéologie du juche. Articles connexes : Songun, Byongjin et Marxisme-léninisme. La doctrine du juche reprend les idées du communisme, qui prône une société sans classes et repose également sur le principe d’indépendance politique, d’autosuffisance économique et d’autonomie militaire. Elle a comme objectif la réunification avec la Corée du Sud. D’après le site officiel Naenara,  les idées du juche peuvent se résumer à ceci : le peuple est le maître de la révolution et du développement du pays et a les capacités à les promouvoir.

Ces idées reposent sur le principe philosophique selon lequel l’homme est maître de tout et décide de tout. La politique de songun a été développée par Kim Jong-il depuis 1995 comme prolongement des idées du juche. 70e anniversaire du président Kim Il-sung, en 1982, la tour du Juche a été érigée à Pyongyang. En 1995 est érigé à Pyongyang le monument à la fondation du parti représentant un marteau, un pinceau et une faucille, symboles du Parti du travail de Corée et des idées du juche. Voir Développement économique, sur le site ledevoir. 26 avril 2013, consulté le 6 décembre 2015. Juliette Morillot, Dorian Malovic, La Corée du Nord en 100 questions, France, Éditions Tallandier, 27 octobre 2016, 384 p.

Philippe Grangereau, Au pays du Grand Mensonge. Voyage en Corée du Nord, Payot, 2003 p. North Korea’s storytelling autocrats », BBC News, 19 février 2014. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 24 octobre 2018 à 22:24. Cet article est une ébauche concernant la Corée du Nord et le communisme. La tour du Juche à Pyongyang.

Corée du Nord Kim Il-sung et qui fonde le régime de la République populaire démocratique de Corée. Cette idéologie a été baptisée ainsi par un de ses principaux théoriciens, le Nord-Coréen Hwang Jang-yop. Kim Il-sung, le fondateur de l’idéologie du juche. Articles connexes : Songun, Byongjin et Marxisme-léninisme. La doctrine du juche reprend les idées du communisme, qui prône une société sans classes et repose également sur le principe d’indépendance politique, d’autosuffisance économique et d’autonomie militaire. Elle a comme objectif la réunification avec la Corée du Sud.

D’après le site officiel Naenara,  les idées du juche peuvent se résumer à ceci : le peuple est le maître de la révolution et du développement du pays et a les capacités à les promouvoir. Ces idées reposent sur le principe philosophique selon lequel l’homme est maître de tout et décide de tout. La politique de songun a été développée par Kim Jong-il depuis 1995 comme prolongement des idées du juche. 70e anniversaire du président Kim Il-sung, en 1982, la tour du Juche a été érigée à Pyongyang. En 1995 est érigé à Pyongyang le monument à la fondation du parti représentant un marteau, un pinceau et une faucille, symboles du Parti du travail de Corée et des idées du juche. Voir Développement économique, sur le site ledevoir.

26 avril 2013, consulté le 6 décembre 2015. Juliette Morillot, Dorian Malovic, La Corée du Nord en 100 questions, France, Éditions Tallandier, 27 octobre 2016, 384 p. Philippe Grangereau, Au pays du Grand Mensonge. Voyage en Corée du Nord, Payot, 2003 p. North Korea’s storytelling autocrats », BBC News, 19 février 2014.

Comments are closed.