Contribution à l’étude des syphilis d’emblée PDF

Contribution à l’étude des syphilis d’emblée PDF

La diphtérie est une maladie infectieuse contagieuse due à Corynebacterium diphtheriae ou bacille de Löffler-Klebs, susceptible de produire une toxine touchant d’abord les voies respiratoires supérieures, puis le cœur et le système nerveux périphérique. 1980, elle réapparait dans les pays de l’ex-URSS à partir de 1991 à contribution à l’étude des syphilis d’emblée PDF suite d’une politique vaccinale insuffisante et de troubles socio-politiques.


Contribution à l’étude des syphilis d’emblée / par A.-G.-F. Calas,…
Date de l’édition originale : 1902
Sujet de l’ouvrage : Syphilis
Appartient à l’ensemble documentaire : LangRous1

Ce livre est la reproduction fidèle d’une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d’une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l’opportunité d’accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d’une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d’un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

Amida observe une épidémie analogue mais moins grave, les malades guérissant plus souvent. Une observation de Guillaume de Baillou est douteuse. On la retrouve en Allemagne, en Irlande et en Amérique du nord. Mais il ne décrit que des cas sporadiques et ne fait pas de rapport avec les épidémies d’angine. Personne ne gagna le prix qui fut partagé entre les participants. 1815, Pierre Bretonneau différencie, le premier, l’angine diphtérique de l’angine banale et des angines de la scarlatine, tout en reconnaissant l’unité du croup et de différentes angines. En 1858, Eugène Bouchut réalise un tubage laryngé, première forme de l’intubation.

Le tube de Bouchut est perfectionné en 1890 par Joseph O’Dwyer. Seconde Guerre mondiale la diphtérie exerce ses ravages. Les jeunes internes et infirmières, qui n’avaient pas eu la diphtérie, payaient aussi un lourd tribut dans ces services. En 1883, Théodor Klebs démontre, dans la fausse membrane diphtérique, la présence d’une bactérie spéciale en forme de bâtonnet, renflé aux extrémités. En 1884, Friedrich Löffler l’isole et le cultive dans un milieu de culture spécial : le sérum coagulé, de bœuf ou de cheval, de Löffler.

En 1890, Behring et Kitasato Shibasaburō reconnaissent la présence d’antitoxine dans le sang d’animaux vaccinés par des doses croissantes de toxines. Cette antitoxine confère passivement à d’autres animaux une résistance à la diphtérie. En 1925, une épidémie de diphtérie sévit en Alaska, dans la ville de Nome. Article détaillé : Course au sérum de 1925. Cette anatoxine apporte une protection efficace contre la toxine diphtérique mais n’agit pas contre la bactérie elle-même.

En France, dès 1927, l’Académie de médecine émet le vœu d’une vaccination antidiphtérique systématique dans les écoles. Allemagne, Belgique, Grande-Bretagne, Italie, Suisse, Hongrie, U. Elle est rendue obligatoire en Allemagne en 1941. L’agent de la diphtérie est une bactérie, un bacille gram positif appartenant aux corynébactéries. L’homme est le seul hôte naturel de C. Pour être toxinogène, la bactérie doit être infectée par un virus bactériophage, dit  phage β , on parle alors de  conversion lysogène .

Comments are closed.