Cités, numéro 10 – 2002 : L’utilitarisme aujourd’hui : Le bonheur sous contrôle ? PDF

Cités, numéro 10 – 2002 : L’utilitarisme aujourd’hui : Le bonheur sous contrôle ? PDF

Leonard Trelawny Hobhouse, un des concepteurs du cités, numéro 10 – 2002 : L’utilitarisme aujourd’hui : Le bonheur sous contrôle ? PDF-libéralisme, au travers notamment de son livre Liberalism paru en 1911. John Stuart Mill, met au centre de sa pensée le développement tant intérieur que matériel des êtres humains pensés dans leur interaction sociale. Dans cette optique, il a été un des promoteurs de la notion de justice sociale. Sur le plan politique, son éthique s’oppose à l’autoritarisme et cherche à impliquer les êtres humains dans le processus décisionnel d’où l’accent mis sur la démocratie.


Cela les mène à être plus inductifs, à partir plus de l’analyse des données que les économistes libéraux classiques qui raisonnaient de façon plus déductive. Aux États-Unis, le social-libéralisme, généralement classé à gauche, constitue le courant le plus important du libéralisme. Au niveau politique et social, il est alors très lié à l’université d’Oxford et émerge sous le nom de Nouveau Libéralisme. Au niveau économique, il est plutôt influencé par des chercheurs de l’université de Cambridge. Toutefois, cette idéologie n’est dominante qu’après la Seconde Guerre mondiale. Elle sera très fortement contestée à la fin des Trente Glorieuses et perd l’essentiel de son influence au profit notamment d’autres courants libéraux. Si le social-libéralisme perd alors son influence politique, il connaît parallèlement un renouveau intellectuel et, sous l’influence notamment de John Rawls, il opère un retour vers un plus grand respect des citoyens, en même temps qu’il esquisse une critique de son  économisme .

Dans le vocabulaire politique contemporain, le social-libéralisme est fréquemment amalgamé avec ce que l’on appelait auparavant le socialisme libéral. C’est l’un des premiers à passer de la notion d’individu à celle d’individualité. 16 mai 1846 et la conversion de l’Angleterre au libre-échange. France qu’en Allemagne après les révolutions de 1848. Malgré tout, les nouveaux libéraux qui vont constituer le social-libéralisme vont opter, à la suite de Bentham et du radicalisme philosophique, pour la démocratie. Mais ils vont mettre l’accent sur deux points : la mise en place de systèmes d’éducation afin que le peuple se comporte le plus rationnellement possible et, non sans lien avec ce qui précède, ils vont donner une place importante aux experts.

Cela amène les économistes et les juristes de cette mouvance à étudier comment réguler cette concurrence  faussée . 1911 formule ainsi :  Le libéralisme est-il seulement un principe destructif, un instrument de contestation ou est-il possible qu’il soit également constructif, qu’il puisse en quelque sorte instituer une société libérale ? L’idéologie sociale-libérale sera lente à apporter une réponse à cette question. En 1937, 26 ans après Hobhouse, Walter Lippmann dans Cité libre se pose exactement la même question. Thomas Hill Green est un philosophe formé à Oxford qui a très fortement influencé le social-libéralisme, notamment dans ce qui en constitue le cœur : l’éthique, les interactions entre l’individu et la société, la notion de bien commun, la méfiance envers la liberté des contrats quand il y a un déséquilibre manifeste entre les parties contractantes. Il émerge au moment où le Parti libéral anglais est doublement divisé : entre impérialistes et anti-impérialistes d’une part et entre partisans et opposants aux réformes sociales d’autre part.

Pour Michael Freeden, la fin du Parti libéral ne peut pas être attribuée à la faiblesse intellectuelle du nouveau libéralisme. Un des obstacles à cette étude a été le manque d’un ou deux grands auteurs et, pour les historiens, l’obligation d’étudier un mouvement dans lequel la pensée s’est élaborée de façon relativement collective. Malgré tout, selon lui, deux points peuvent être soulignés. Tout d’abord, le nouveau libéralisme est profondément lié à l’université d’Oxford.

Deux de ses grands précurseurs, Thomas Hill Green et Arnold Toynbee, ont été formés à Oxford, où ils ont également enseigné. Herbert Samuel est l’un de ceux qui ont forgé l’expression  nouveau libéralisme . Selon Hobson, deux revues ont joué un rôle important. Blason de l’université d’Oxford dont sont issus les fondateurs du nouveau libéralisme. Les sociaux-libéraux sont parvenus à bâtir une idéologie libérale cohérente couvrant l’ensemble de la condition humaine et qui transforme, sur certains points significatifs, le libéralisme classique.

De Thomas Hill Green d’Oxford, ils reprennent la conception organique de la société. La question qui se pose alors devant la diversité des libéralismes est de savoir qui peut se déclarer libéral. Blason de l’université de Cambridge où ont enseigné Alfred Marshall et John Maynard Keynes. Des études récentes ont insisté sur la proximité de deux économistes de l’université de Cambridge, Alfred Marshall et John Maynard Keynes, avec le nouveau libéralisme. Mais, John Maynard Keynes est l’économiste de Cambridge qui marque le plus le social-libéralisme. C’est une des raisons pour lesquelles ce chercheur a tendance à considérer Keynes comme un libéral plus centriste que Hobson ou Hobhouse. Portrait de Léon Bourgeois paru dans L’Artiste en 1897.

Comments are closed.