Banquiers et économistes face à la crise PDF

Banquiers et économistes face à la crise PDF

Un krach est une baisse brutale des prix d’une classe d’actifs, comme un marché financier à la suite d’un afflux massif d’ordres de vente. En anglais, banquiers et économistes face à la crise PDF est devenu crash ou stockmarket crash.


Avec la libéralisation et la déréglementation des marchés financiers, les crises se sont multipliées au cours des vingt dernières années. Ces crises financières à répétition, bien que différentes à de nombreux égards, partagent des traits communs. Cependant, par sa gravité, par sa durée, par sa dimension mondiale et par les réactions qu’elle a suscitées, la crise de 2007-2010 présente des spécificités qui appellent un examen approfondi.
Au niveau des thérapeutiques, un des défis que soulève cette première crise de la globalisation est qu’elle impose de penser « mondial » alors que par nécessité l’action est d’abord et essentiellement locale. Cet ouvrage collectif constitue une contribution importante à la réflexion en cours sur la refonte du cadre bancaire et la mise en place d’une nouvelle régulation capable de faire face à l’emballement du crédit et à l’aventurisme financier. Par ailleurs, il apporte un éclairage nouveau sur les difficultés des économistes à appréhender la crise et son ampleur et les moyens de renouveler la réflexion économique.

Hakim Ben Hammouda est actuellement Directeur de l’Institut de Formation et de la Division de la Coopération Technique à l’OMC. Avant d’occuper ses fonctions, il était l’Économiste en Chef et le Directeur de la Division du Commerce, Finance et Développement Economique de la Commission Economique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA). Il est titulaire d’un doctorat en économie internationale de l’Université de Grenoble en France. Il est également titulaire d’une habilitation à diriger la recherche de la même université. Il enseigne l’économie internationale et l’économie du développement dans plusieurs universités.

Pierre Berthaud est maître de conférences HDR à l’Université Pierre-Mendès de Grenoble. Il y enseigne l’économie internationale et y développe ses recherches sur l’intégration internationale et la gouvernance mondiale au sein du LEPII (UMR – CNRS). Responsable du Master 2 Gouvernance des Organisations pour le Développement International, il a publié ou co-publié plusieurs livres, rapports et articles scientifiques dans le domaine de l’économie politique internationale.

René Sandretto enseigne l’économie, la finance internationale et la géostratégie à l’Université Lumière Lyon 2 ainsi que dans diverses universités étrangères, notamment en Chine et aux États-Unis. Il a écrit ou coécrit plus d’une vingtaine d’ouvrages de référence et de nombreux articles dans des revues scientifiques françaises et internationales sur ces questions. Il intervient régulièrement comme consultant pour des institutions nationales et internationales.

Ahmed Silem est professeur des universités. Il enseigne à l’Université Jean-Moulin Lyon-3 l’économie de l’information et des médias à la faculté des lettres, l’économie politique à la faculté de droit, et l’économie générale à l’IAE de Lyon-3. Il est également chercheur au centre Magellan au Pôle universitaire et de Recherche Lyonnais.

L’Illustration le 29 octobre 1881, puis en 1891, sous la plume de François Coppée, à propos de l’effondrement du cours du Comptoir de crédit à Paris, dans Les Vrais Riches, publié chez Alphonse Lemerre, où il est typographié avec une majuscule aussi. Zola n’utilise jamais ce mot dans son roman L’Argent dont c’est le sujet. Le phénomène du krach est brutal et spectaculaire. Les cours des actions ou des marchandises baissent brutalement, le nombre de vendeurs excédant largement le nombre d’acheteurs. Les vendeurs en arrivent à vouloir ou devoir vendre à n’importe quel prix, ce qui précipite la chute des titres. Cependant, si le krach est brutal, son apparition suit un mécanisme qui s’installe sur une période plus longue. Le phénomène débute par une hausse des cours fondée sur une croissance avérée de l’économie.

Comments are closed.