Artistes de laboratoire: Recherche et création à l’ère numérique PDF

Artistes de laboratoire: Recherche et création à l’ère numérique PDF

D’un coup, de l’eau est sortie ». Le Nouvel Observateur – Les marques, ou contenus du site nouvelobs. L’infographie est le domaine artistes de laboratoire: Recherche et création à l’ère numérique PDF la création d’images numériques assistée par ordinateur. Cette activité est liée aux arts graphiques.


Un comédien virtuel, des images interactives, un cirque transmédia, des agents intelligents… Ce livre porte sur la manière dont la création artistique et la recherche technologique, qui constituaient autrefois des domaines nettement séparés et quasiment imperméables, sont aujourd’hui à ce point intriqués que toute innovation au sein de l’un intéresse (et infléchit) le développement de l’autre. Dans les nouveaux laboratoires de la création artistique et informatique Ircam, Hexagram, Lip6, Cnam, Orange Labs des oeuvres hybrides rendent irréversible le morcellement des anciennes frontières opposant art et science. Car en articulant des contributions interdisciplinaires, l’art numérique instaure en effet un morcellement de l’activité créatrice et des modes pluriels de désignation de ce qui fait oeuvre. Les logiques de conception et la régulation du travail qui en découlent étant désormais orientées vers une pluralité d’enjeux : exposition (artistique), invention (technologique) et connaissance (académique). L’examen de ces évolutions en France et au Canada révèle de nouvelles manières de faire oeuvre commune et soulève plusieurs questions : l’art peut-il faire l’objet d’une recherche ? L’écriture informatique peut-elle, elle-même, recouvrir une dimension théorique et devenir un enjeu de création ? L’interdisciplinarité mise en jeu s’accompagne-t-elle d’une transformation des modes d’attribution et de valorisation des oeuvres partagées entre art et science ?

Les études les plus courantes passent par les écoles privées se situant majoritairement en France, en Angleterre, au Canada, et aux États-Unis. Lors de l’introduction du concept dans la langue française vers les années 1970, le terme  infographie  désigne les graphismes produits par ordinateur. L’infographie comprend aussi les techniques consistant à finaliser le travail du graphiste à l’aide de l’outil informatique : retouche photographique, mise en couleur de bandes dessinées, habillage de perspectives architecturales, etc. L’existence du bélinographe, la télévision électronique, l’émergence des ordinateurs rendaient l’infographie possible.

Déjà, à la fin des années 1940, un ordinateur britannique affichait ses résultats sur un écran cathodique. Au plan informatique, on écrivit d’abord des programmes dont la structure était celle du dessin, chaque figure de base étant tracée par un sous-programme. Modifier un dessin supposait de modifier le programme. Avec l’approche objet, la structure du dessin devenait une structure de données, interprétée récursivement par un utilitaire. Cette nouvelle technique facilitait grandement la mise au point des tracés.

Le terme  infographie  est un mot-valise formé à partir d’ informatique  et de  graphie . Dès 1978, le laboratoire central de physique appliquée de l’université Johns-Hopkins diffuse un cours qui sera traduit dans l’ouvrage de David F. Elle devient dès lors une discipline majeure tant dans le dessin au trait que dans le rendu d’objets naturels. Au début des années 1990, presque tous les outils techniques étaient prêts pour être confiés aux graphistes. Les nouveaux artistes numériques se sont approprié le terme d’infographiste alors réservé aux ingénieurs concepteurs de ces outils.

2D, 3D, logiciels PAO, Web, etc. C’est un spécialiste de l’image et de l’informatique. Il existe plusieurs façons d’accéder à la profession d’infographiste. Tout d’abord, on retrouve dans cette branche des passionnés qui en ont fait leur métier. La plupart autodidactes, c’est la persévérance, la documentation et la manipulation intensive des logiciels d’infographie qui leur a progressivement permis d’en vivre. Il est également possible d’accéder à cette profession par le biais d’écoles d’art, de formations professionnelles, etc.

Les termes généraux pour désigner un pratiquant de l’infographie sont  infographiste  ou  infographe . Leurs outils d’acquisition sont le numériseur de document ou la caméra banc-titre. Le format de données régit la codification interne des images acquises ou produites. Le stockage de leur code est assuré par le disque dur ou la clé USB. Ces modifications peuvent porter sur les dimensions des formes, leur luminance, leur couleur. Cette variante de l’infographie 2D entraîne un effet de perspective parfois suffisant, et tolère des déplacements latéraux du point de vue. Cette approche est notamment utilisée dans les interfaces graphiques basées sur la métaphore du bureau, popularisée par les Macintosh.

Comments are closed.