Apollinaria (Littérature française) PDF

Apollinaria (Littérature française) PDF

Après apollinaria (Littérature française) PDF enfance difficile, il fréquente une école d’officiers et se lie avec les mouvements progressistes pétersbourgeois. Redevenu sous-lieutenant, il démissionne de l’armée en 1859 et s’engage complètement dans l’écriture. Les romans de Dostoïevski sont parfois qualifiés de  métaphysiques , tant la question angoissée du libre arbitre et de l’existence de Dieu est au cœur de sa réflexion, tout comme la figure du Christ.


Janvier 1861, université de Pétersbourg : la jeune Apollinaria Souslova, fille d’un serf émancipé et qui rêve d’écrire, s’éprend de Fédor Dostoïevski. S’ensuit une passion charnelle et orageuse. L’écrivain est marié et Apollinaria part seule pour Paris. 
Mais n’étreint-on pas toujours ceux qui nous échappent ? 

Des cafés de la bohème parisienne aux villes d’eau allemandes, voici le roman aussi envoûtant que méconnu de celle qui inspira les plus grandes héroïnes de Dostoïevski, et qui dessine le portrait intime et ambigu de l’auteur de Crime et châtiment.

Fiodor Mikhaïlovitch Dostoïevski est le second fils de Mikhaïl Andréiévitch Dostoïevski, médecin militaire à l’hôpital des Indigents de Moscou et de Maria Fiodorovna Netchaïev. Il fait l’acquisition de deux villages, Darovoié et Tchermachnia, en 1831. En 1832, les deux hameaux sont détruits par un incendie. Alexandra, joue un grand rôle dans la vie de la famille. Après en avoir réussi l’examen d’entrée, Fiodor intègre l’École supérieure des Ingénieurs militaires de Saint-Pétersbourg en 1838.

C’est un élève taciturne, au regard mystérieusement mélancolique, qui ne s’intègre pas bien à l’école. Il méprise le matérialisme et le carriérisme de ses camarades. Selon une rumeur forgée par un riche voisin, P. En réalité, il meurt victime d’une crise d’apoplexie, comme le confirme son autopsie. Article connexe : Histoire de la création du roman Le Double . 22 ans, pendant l’été 1844, il démissionne pour se consacrer à son premier roman, Les Pauvres Gens.

Comments are closed.