Annuaires LDAP PDF

Annuaires LDAP PDF

Combinaison de logiciels et de matériel créée dans le but d’offrir des performances à annuaires LDAP PDF latence et à haut débit avec tous les services activés. Ces technologies d’identification, qui équipent chaque pare-feu d’entreprise de Palo Alto Networks, permettent aux entreprises d’adopter Web 2. 0 en conservant une visibilité et un contrôle complets, tout en réduisant considérablement leur coût total de possession via un regroupement des périphériques.


Qu’est-ce qu’un annuaire LDAP ? Conçus pour répertorier aussi bien des personnes que des ressources matérielles ou logicielles, les annuaires permettent une gestion sécurisée des droits d’accès aux ressources de l’entreprise et favorisent la personnalisation des applications internet et intranet. Le protocole LDAP (Lightwelght Directory Access Protocol) standardise l’interface d’accès aux annuaires et facilite ainsi l’Interconnexion des applications à un même référentiel. Un rôle clé dans les portails et les applications intranet, extranet et e-commerce. Introduction à la gestion des identités, aux annuaires et au standard LDAP, la première partie de l’ouvrage offre un panorama détaillé des applications concrètes de cette technologie : administration réseau, contrôle de la sécurité et des droits d’accès aux applications intranet et extranet, gestion des profils et personnalisation des portails d’entreprise, des sites marchands et des extranets, etc. Un guide de conduite de projet illustré d’études de cas détaillées. Après une deuxième partie dédiée à la présentation technique détaillée des standards LDAP, DSML et SAML, l’auteur montre dans la troisième partie comment concevoir et mettre en uvre un annuaire. Cette démarche de conduite de projet est illustrée à travers deux exemples réels d’applications d’entreprise, et complétée par un panorama des outils de gestion des identités, Destinée aux programmeurs, la dernière partie explique comment réaliser des applications d’accès aux annuaires LDAP exploitant différentes interfaces de programmation (C, Java et JNDI, ADSI et NET avec Visual Basic et C#, PHP), et se termine par un chapitre dédié à OpenLDAP.

La classification précise du trafic est au cœur de tout firewall, le résultat constituant la base de la stratégie de sécurité. Les pare-feu traditionnels classent le trafic par port et protocole, ce qui fut un temps un mécanisme satisfaisant de sécurisation du périmètre. Contrairement aux offres de compléments qui reposent uniquement sur des signatures de type IPS, implémentées après une classification fondée sur les ports, chaque App-ID utilise automatiquement jusqu’à quatre mécanismes de classification de trafic différents pour déterminer l’identité exacte de l’application. Jusqu’ici, les stratégies de sécurité étaient appliquées sur la base d’adresses IP, mais la nature de plus en plus dynamique des utilisateurs et de l’informatique signifie que les adresses IP seules ne constituent plus un mécanisme suffisant de surveillance et de contrôle de l’activité des utilisateurs. Aujourd’hui, les employés utilisent toutes sortes d’applications à des fins à la fois professionnelles et personnelles, et les pirates profitent de cette utilisation indifférenciée pour atteindre leurs objectifs.

Conjointement à App-ID, Content-ID offre aux administrateurs une solution à deux têtes pour protéger leurs actifs réseau. App-ID peut être utilisé pour identifier et contrôler les applications sur le réseau, et permettre l’utilisation d’applications spécifiques. Ensuite, avec Content-ID, des stratégies spécifiques peuvent être affectées à chaque application comme moyen de blocage des attaques et de limitation du transfert de fichiers non autorisés et de données sensibles. Content-ID utilise un moteur d’analyse basé sur le flux et un format de signature uniforme pour rechercher et bloquer des attaques de toutes sortes comme les failles de sécurité, les virus, les logiciels espions et les vers. LDAP a été initialement conçu pour accéder de manière légère aux annuaires X.

Ces annuaires étaient traditionnellement interrogés à travers le protocole X. Les annuaires sont devenus populaires dans les entreprises car il n’était plus nécessaire de déployer un réseau OSI. De nos jours, les protocoles d’accès aux annuaires X. LDAP a influencé un certain nombre de protocoles d’Internet, incluant les dernières versions de X. Un client commence une session LDAP en se connectant sur le port TCP 389 du serveur.

Le client envoie ensuite des requêtes d’opération au serveur. Le serveur envoie des réponses en retour. Lors de l’emploi d’URL cet usage est traduit par le nom du protocole ldaps en remplacement de ldap. Le port TCP standard pour ldaps est 636. Le protocole LDAP employant la notation ASN. 1 et les messages sont codés avec le format binaire BER.

Cependant il utilise une représentation textuelle pour un certain nombre d’attributs et de types d’ASN. Les annuaires LDAP suivent le modèle X. Un annuaire est un arbre d’entrées. Une entrée est constituée d’un ensemble d’attributs. Un attribut possède un nom, un type et une ou plusieurs valeurs.

Les attributs sont définis dans des schémas. Le fait que les attributs puissent être multi-valués est une différence majeure entre les annuaires LDAP et les SGBDR. De plus, si un attribut n’a pas de valeur, il est purement et simplement absent de l’entrée. DN étant le chemin absolu et le RDN le chemin relatif à un répertoire. Les résultats renvoyés par le serveur ne sont pas triés, que ce soit pour les entrées, pour les attributs des entrées ou pour les valeurs des attributs.

La réponse inclut également les données éventuelles qui peuvent résulter d’une recherche. Il inclut aussi un code ID. DN de l’utilisateur et son mot de passe en clair, c’est pourquoi la connexion doit être sécurisée par TLS. Dès lors le client ne pourra plus effectuer certaines opérations sur tout ou une partie de l’annuaire, en fonction des ACL mises en place.

En général la version 3 est utilisée. Il est même possible au serveur de refuser de communiquer avec des clients dans un protocole inférieur au sien. DN, un nom d’attribut et une valeur d’attribut, puis vérifie si l’entrée correspondante contient bien un attribut ayant cette valeur. DN de l’entrée à mettre à jour. L’ajout d’une entrée peut également contenir une liste d’attributs et de valeurs à associer avec l’entrée.

Comments are closed.